AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Dossier - Partie 3
Paroles de savants sur le suivi d'une des 4 écoles légitimes
Le Taqlid des plus savants

souboul-assakina.bbfr.net







______________________________________________________


Note de l'équipe : N'oubliez pas de lire les deux autres sujets annexes pour cerner le tout :

Dossier - Partie 1 - Les paroles des Salafs disant de ne pas les suivre, mais de prendre du Coran & de la Sunnah
Dossier - Partie 2 - Qui est capable de l'ijtihad partiel (mouqayyid) ou absolu (moutlaq) depuis le Coran & la Sunnah ?


______________________________________________________



Maintenant que nous avons éclairci les paroles des savants sur leur non-suivi ainsi que qui est capable de l'ijtihad (partiel ou absolu), nous allons citer les paroles de grands savants de la communauté stipulant qu'il y a consensus (إجماع) de tous les savants depuis des siècles sur l'attachement de ceux qui n'ont pas le rang de l'ijtihad absolu (مطلق) à une école de fiqh.

Étant donné le nombre important de ces paroles (qui se comptent par centaine) l'article sera mis à jour au fur et à mesure inchaAllah :


L’imam Ibn Rajab al-Hanbalî a dit : « L’interdiction de prendre en dehors des quatre écoles est qu’il n’y a que ces quatre écoles qui ont été reconnues, répandues et travaillés, et prendre des avis en dehors de ces écoles peut induire en erreur car l’avis isolé non travaillé peut être mal compris, délaissé ou faible, ect.. Et il n’y a pas de savant qui défendent ces avis isolé et délaissé. Par contre, les avis des imâm sont vérifiés et bien contrôlé». [ Al-Burhân ]







Le hâfidh Ibn Rajab al Hanbalî écrit tout un ouvrage sur le sujet nommé « Réplique à celui qui suit autre que les 4 écoles », nous posterons certains passages inchallah








Ibn Abi Ya'la Al-Fara rapporte dans ses Tabaqat al Hanabilah que l'Imam Ahmad Ibn Hanbal a dit :

"Quiconque dit que le Taqlid n'est pas correct, ou que personne ne doit être suivit en matière de religion est un Fasiq (pervers) selon Allah et son Messager . Il ne veux que [par un tel postulat] la destruction de la science et de la Sunnah ! "







Al Imâm Ibn Habîra dit : « Il y a consensus qu’il faut suivre les quatre écoles et que la vérité ne sort pas d’elles » [ El-Ifsah, Tome 11, p.103 ]







Dans sa "Mûqaddima", Ibn Khaldûn a dit : " Ces quatre autorités (celle des quatre imâms) sont les seules reconnues (par les docteurs de la Loi) dans les différentes cités musulmanes. Les autres ont dû disparaître et les docteurs n'admettent plus la discussion. En effet,les terminologies scientifiques s'étant tellement diversifiées, les obstacles empêchant les juristes d'atteindre le niveau de jugement indépendant et absolu (ijtihâd) étant tellement nombreux, les risques que les controverses ne viennent encourager des gens non qualifiés étant si forts, les docteurs se sont récusés et renvoient désormais aux quatre autorités (celle des quatre imâms) et à leurs écoles. Ils défendent de changer d'obédience (dans ce domaine), car il s'agit de choses graves. Une fois les textes de bases correctement établis, dans leur transmission authentique, il n'y a plus d'autre source à consulter et chacun n'a plus qu'à se conformer à la doctrine de son école. Aujourd'hui la jurisprudence n'a plus d'autre sens. Et quiconque se réclamerait de sa réflexion personnelle (ijtihâd) resterait abandonné à lui-même et n'aurait aucun partisan".






L'Imam al Haramayn al-Juwaynî dit dans son livre Al-Burhân, Tome 2, p. 1146) : « Il y a consensus entre les savants que les gens du commun n’ont pas le droit de suivre les avis des sahaba. Mais ils doivent suivre les écoles des imâm. Ceux qui ont filtrer, vérifier et comparer les questions ( de Fiqh ) »



1173-
أجمع المحققون على أن العوام ليس لهم أن يتعلقوا بمذاهب أعيان الصحابة رضي الله تعالى عنهم بل عليهم أن يتبعوا مذاهب الأئمة الذين سبروا ونظروا وبوبوا الأبواب وذكروا أوضاع المسائل وتعرضوا للكلام على مذاهب الأولين






L'Imam Muhammad 'Illish al Mâlikî a dit : "Il n'est pas permis à une personne du commun d'arrêter de suivre les 4 imams et de prendre directement depuis les sources textuelles du Qur'an et des ahadiths pour la simple et bonne raison que cela implique de nombreuses conditions explicitées dans les livres de Ousûl (fondements). De plus, ces conditions sont rarement atteintes par les grands savants, particulièrement en cette époque ou l'islam est devenu un exilé tout comme il a commencé exilé." (Fath Ul 'Aliî Al Mâlik)





لَا يَجُوزُ لِعَامِّيٍّ أَنْ يَتْرُكَ تَقْلِيدَ الْأَئِمَّةِ الْأَرْبَعَةِ وَيَأْخُذَ الْأَحْكَامَ مِن الْقُرْآنِ وَالْأَحَادِيثِ ؛لِأَنَّ ذَلِكَ لَهُ شُرُوطٌ كَثِيرَةٌ مُبَيَّنَةٌ فِي الْأُصُولِ لَا تُوجَدُ فِي أَغْلِبْ الْعُلَمَاءِ وَلَا سِيَّمَا فِي آخِرِ الزَّمَانِ الَّذِي عَادَ الْإِسْلَامُ فِيهِ غَرِيبًا كَمَا بَدَأَ غَرِيبًا
[فتاوى ابن عليش - (ج 1 / ص 85) باختصار]

Suite de la parole en arabe du Chaykh 'Illish ici : http://www.azahera.net/showthread.php?t=1589










Paroles de Sidi Abdullah Ould Hajj Ibrahim, grand savant Mauritanien, extrait de son livre Maraqi as-Sa’ud (paroles prises du site de doctrine-malikite) :

« [Le taqlid] est nécessaire pour tout autre que celui qui a atteint le rang de l’ijtihad absolu. Et ce, même s’il est un [mujtahid] limité qui est incapable [d’accomplir un ijtihâd absolu].»

Commentant ce passage, Sidi ‘Abdullah a dit dans Nasru al-Bunud : « Cela signifie que le taqlid est une obligation pour quiconque n’est pas un mujtahid absolu même s’il a atteint le rang partiel de l’ijtihâd muqayyad (conditionné)… [jusqu’à ce qu’il dise], « et demandez aux gens du rappel, si vous ne savez pas. » : Coran 16/43 »

« [Quant à] la nécessité de s’attacher à un madhhab spécifique, les [savants] ont mentionné que cela est obligatoire pour quiconque présente un manque [dans les conditions de l’ijtihâd]. »

« Cela signifie qu’il incombe à quiconque n’a pas atteint le degré de l’ijtihâd absolu de suivre un madhhab spécifique. »

« Le consensus aujourd’hui s’est établi sur les quatre, et tous ont interdit d’en suivre un [quelconque] autre ».


« Ceci signifie que le consensus des savants d’aujourd’hui est de dire qu’il y a quatre écoles de pensées, et je réfère aux écoles de Mâlik, Abû Hanîfa, Shâfi‘î et Ahmad [ibn Hanbal]. En vérité, la totalité des savants ont interdit de suivre toute autre école d’un mujtahid absolu indépendant depuis le huitième siècle quand l’école de Dâwûd az-Zâhirî est morte, et ce jusqu’au 12 ème et les siècles suivants ... »


Dans le chapitre concernant le raisonnement par déduction dans le Maraqi as-Sa’ud, Sidi ‘Abdullah dit : « Et quant à celui qui n’est pas un mujtahid, baser ses actions directement sur une preuve scripturaire première [Coran et hadîth] n’est pas admissible. »


Il dit dans Nashru al-Bunud : « Cela signifie qu’il est interdit à quiconque n’est pas un mujtahid de baser ses actions directement sur un texte du Livre ou de la Sunna même si la transmission est authentique, à cause de la forte probabilité qu’il y ait d’autres considérations comme l’abrogation, la limitation, la spécificité à certaines situations, et d’autres facteurs de ce type que nul autre qu’un mujtahid ne peut complètement appréhender avec précision. Donc rien ne peut le protéger d’Allah Exalté à part suivre un mujtahid.

L’Imam al-Qarafi [Ahmad Ibn Idris Shihâbu ed-dîn as-Sanhaji al-Qarâfi al-Mâlikî est né en Égypte au septième siècle, et y est mort en 684. Il est l’un des plus grands savants Malékites qui n’aient jamais vécu et est tout spécialement connu pour son travail sur la méthodologie et la loi (usûl al-fiqh). Il était un maître en langue Arabe et a produit des travaux remarquables en grammaire. Son livre adh-Dhakhîra est un ouvrage magistral de 14 volumes publiés récemment aux Emirats qui examine le fiqh Malékite avec des preuves des sources de l’usûl (les piliers de la religion).

Il est enterré à Qarâfi en Égypte près de l’Imâm ash-Shafi‘î. Qu’Allah leur fasse miséricorde à tout les deux.] a dit : ‘Et prenez garde à ne pas agir comme certains étudiants le font quand ils raisonnent directement a partir d’un hadîth, alors qu’ils ne savent même pas son authenticité, et laissant de coté ce qui a été mentionné [par les Imams] concernant les subtilités qu’ils impliquent ; en faisant cela, ils se sont égarés et ont égaré d’autres avec eux. Et quiconque interprète un verset ou un hadith d’une manière qui en change le sens originel, sans preuve [dalîl] est un kâfir (mécréant).’ »
Voir « Nashur al bunud ‘ala maraqi as-sa’ud, kitab al ijtihad fi al-furu’u » (1409 de l’hègire. Beyrut : Maktabat al-Kutub. p.309)


Quant aux conditions de l’ijtihâd absolu et indépendant, elles sont mentionnées dans le Maraqi as Sa’ud :

« Le mujtahid doit être d’une extrême intelligence par nature, et il y’a désaccord au sujet de celui qui est connu pour rejeter le raisonnement par analogie [qiyâs] »

« Il doit connaître les responsabilités [juridiques] à travers des preuves intellectuelles sauf si une preuve clairement transmise indique le contraire (car toute chose est considérée comme licite tant qu’il n’existe pas de texte clair de la tradition qui prouve le contraire : là il faut utiliser les outils du droit musulman (qiyâs ou istihsân) par le mujtahid pour trancher) ».

« [Les sciences de la] grammaire, de la prosodie, de la philologie, combinées à celles de l’usul et de la rhétorique doivent être en sa maîtrise. »

« Selon les gens de la précision, [il doit savoir] où peuvent être trouvés les jugements sans la condition d’avoir mémorisés les textes eux-mêmes. »

« [Tout cela doit être appris] avec une maîtrise d’au moins un niveau moyen. Il doit également connaître les sujets sur lesquels il y’a consensus. »

« [De plus il doit connaître] des sujets plus pointus telles que la condition des hadîths uniques, et ce qui fait l’autorité d’un grand nombre de transmissions ; [la connaissance] de ce qui est authentique et de ce qui est faible est aussi requise. »

« La connaissance de ce qui a été abrogé et de ce qui abroge, de même que les contextes dans lesquels tel verset a été révélé ou tel hadîth transmis est également une condition qui doit être remplie. » « Le statut des narrateurs ou des compagnons [doit aussi être connu]. Alors, tu peux suivre quiconque remplit les conditions mentionnées selon l’opinion la plus authentique. »







Ahmad Ibn Muhammad Tahtawî a dit : « Dans le Qur’ân al-Karîm, « la corde d’Allâh » dont il est question, c’est le groupe ( jama`a ). Quant au groupe, ce sont ceux qui ont la science et le Fiqh. Celui qui se sépare des savants du Fiqh tombe dans l’égarement. Siwâdi’l-A`zâm est la voie des savants du Fiqh. Et la voie des savants du Fiqh est la voie de Rasul Allah (Salla Allah 'alayhi wa alihi wa salam) et des Khulâfa Ar-Rashidîn... La Rahma d’Allâhu Ta`âlâ est pour le groupe de Ahlu’s-Sunnah et Sa fureur est pour ceux qui se séparent de cette voie.
Le groupe sauvé est , aujourd’hui, rassemblé dans les quatre écoles. Ces quatre écoles sont les écoles Hanafite, Malikite, Shafi`ite et Hanbalite. Celui qui ne se conforme pas à l’une de ces écoles, devient des gens de bid`a ( innovation ) »
[ Hâchiyya al Dar ]




قال السيد العلامة أحمد الطحطاوي في حاشية الدر ما نصه قال كثير من المفسرين إن المراد من الذين فرقوا دينهم أهل البدع والشبهات من هذه الأمة وروى عمر رضي الله تعالى عنه أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال لعائشة رضي الله تعالى عنها إن الذين فرقوا دينهم وكانوا شيعا أصحاب البدع وأصحاب الأهواء من هذه الأمة قال تعالى وإن هذا صراطي مستقيما فاتبعوه ولا تتبعوا السبل فتفرق بكم أي الطرق المختلفة التي هي ما عدا طريقة مثل اليهودية والنصرانية وسائر الملل والأهواء والبدع فتقعوا في الضلالة وقال تعالى واعتصموا بحبل الله جميعا ولا تفرقوا قال بعض المفسرين المراد من حبل الله الجماعة لأنه عقبه بقوله ولا تفرقوا والمراد من الجماعة عند أهل العلم أهل الفقه والعلم ومن فارقهم قدر شبر وقع في الضلالة وخرج عن نصرة الله تعالى ودخل في النار لأن أهل الفقه والعلم هم المهتدون المتمسكون بسنة محمد عليه الصلاة والسلام وسنة الخلفاء الراشدين بعده ومن شذ عن جمهور أهل الفقه والعلم والسواد الأعظم فقد شذ فيما يدخله في النار فعليكم معاشر المؤمنين باتباع الفرقة الناجية المسماة بأهل السنة والجماعة فإن نصرة الله وحفظه وتوفيقه في موافقتهم وخذلانه وسخطه ومقته في مخالفتهم وهذه الطائفة الناجية قد اجتمعت اليوم في مذاهب أربعة وهم الحنفيون والمالكيون والشافعيون والحنبليون رحمهم الله ومن كان خارجا عن هذه الأربعة في هذا الزمان فهو من أهل البدعة والنار












قال القرافي: ورأيت لتقي الدِّين بن الصلاح ما معناه أن التقليد يتعيّن لهذه الأئمة الأربعة دون غيرهم لأن مذاهبهم انتشرت وانبسطت حتى ظهر فيها تقييد مطلقها وتخصيص عامِّها وشروطها، وفروعها فإذا أطلقوا حكماً في موضع وُجِد مُكَمّلاً في موضع آخر وأما غيرهم: فتُنقَل عنه الفتوى مجردة فيصير في تقليده على غير ثقة بخلاف هؤلاء الأربعة - مواهب الجليل لشرح مختصر خليل

L'Imâm al Qarafiyy a dit : J'ai vu un texte de l'Imâm Ibn as-Salâh dont le sens est Que le Ummah doit suivre les 4 écoles et aucune autre car leurs écoles se sont propagés et installés jusqu'à ce que soit établi l'explication de leurs textes, relatifs et absolus, spécifiques et généraux, des conditions et de ses branches donc s'ils émettent un avis sur une question donnée, on trouve son complément ailleurs contrairement aux savants en dehors des 4 écoles dont la fatwa est rapporté sans détail et celui qui se base sur ce genre de fatwa se base sur l'incertain, contrairement aux fatawa des 4 écoles. [Mawahib al-Jalil Sharh Moukhtaçar Khalil]








L'Imâm Ibn Salah, un des plus gros calibres dans la science du hadîth, une grande sommité, l'Imâm al-Qarafi relaye ses propos. Il est une sommité du Madhhab Mâlikite :


L'Imam Mohammad Amin al-Kourdi a dit : Il faut croire que les Imam sont tous dignes de confiance et que celui qui suit l'un d'eux sera sauvé. Les plus célèbres parmi eux sont Abu Hanifa, Malik, ash-Shafi'i et Ahmad, qu'Allâh les agrée. Et (il faut croire) que tous sont sur la voie d'Allâh et que suivre l'un d'entre eux est une obligation, et il est interdit de suivre un autre savant moujtahid en dehors de ces 4 Imam après que le consensus de la Ummah se soit établi sur eux. Car les autres écoles n'ont pas été consignées ni analysées contrairement aux quatre écoles. Et celui qui ne suit pas l'une de ces 4 et dit suivre le Livre et la Sunnah prétendant comprendre directement à partir de ces deux sources, son avis est à rejeter, (une telle personne) se trompe, s'égare et va égarer, surtout en cette époque où s'est propagé la perversité, trop de Da'wah vide de vérité car ces personnes se comparent aux Imam de la Ummah mais en vérité ils leur sont inférieur en science, en pratique, en justice ainsi qu'en recherche scientifique

[Tanwir al-Qulub fi Mu'amalati 'Allam al-Ghuyub - Mohammad Amin al-Kourdi]



وقال العلامة محمد أمين الكردي الإربلي ومما يجب اعتقاده أن أئمة الدِّين كلهم عدول، ومن قلّد واحداً منهم نجا والمشهور منهم: أبو حنيفة ، ومالك ، والشافعي ، وأحمد رضي الله عنهم. وكلّهم على هدى من الله وتقليد واحد منهم فرض ولا يجوز تقليد غيرهم بعد عقد الإجماع عليهم لأن مذاهب الغير لم تُدوَّن ولم تُضبَط بخلاف هؤلاء. ومن لم يقلد واحداً منهم، وقال: أنا أعمل بالكتاب والسنة، مدعياً فهم الأحكام منهما فلا يُسلَّم له بل هو مخطئ ضال مُضل سيما في هذا الزمان الذي عمَّ فيه الفسق وكثرت فيه الدعوى الباطلة لأنه استظهر على أئمة الدِّين وهو دونهم في العلم والعمل والعدالة والاطلاع تنوير القلوب في معاملة علام الغيوب

محمد أمين الكردي الإربلي









L'Imam al Suyûtî dans son ouvrage « Le Retour de jésus » :

« Mais le plus étonnant encore, c'est de s'interroger sur les quatre rites. Est-il venu à l'esprit que les rites de cette loi religieuse se limitent seulement à quatre doctrines fondamentales? Il faut savoir pourtant que le nombre de ceux qui recourent à l'effort personnel (Ijtihâd), en matière de loi religieuse, est illimité et que chacun, parmi les compagnons et leurs successeurs immédiats, avait sa propre doctrine ou son école juridique. En effet, on comptait à leur époque pas moins de dix écoles ou rites ayant leurs propres chefs et leurs manuels bien établis. Car, en plus des quatre rites fondamentaux, il y a ceux de Sufyan ibn `Uyayna, de Sufyan al-Thawri, d âl-Layth ibn Sa'd, d'Ishaq ibn Rahawayya, d'Ibn Jarir et d'Ibn Dawud. Chacun d'eux avait ses propres disciples qui adoptaient sa thèse et appliquaient sa doctrine. Donc, si les doctrines et les écoles juridiques sont nombreuses, pour quelle raison s'est-on limité aux quatre rites ? ».










وجوب تقليد أحد المذاهب الأربعة لغير المجتهد (الصاوي)

قال العلامة الصاوي رحمه الله في "شرح الجوهرة"( 342) :
"فيجب عند الجمهور على كل من لم يكن فيه أهلية الاجتهاد المطلق الأخذ بمذهب عالم من هؤلاء الأربعة ، ولا يجوز تقليد غيرهم بعد عقد الإجماع عليهم لأن مذاهب الغير لم تدون ولم تضبط بخلاف هؤلاء فإنهم أحاطوا علما بأقوال جميع الصحابة أو غالبها وعرفت قواعد مذهبهم ودونت مذاهبهم وخدمها تابعوهم وحرروها وصارت متواترة ، ليخرج في الأحكام الفرعية من عهدة التكليف بهذا التقليد لأن المذاهب لا تموت بموت أصحابها"ا.هـ

L’obligation de suivre l’une des 4 écoles pour ceux n’étant pas capables de l’ijtihad

L’érudit as-Sawî a dit dans son commentaire de la Jawhara at-Tawhid (342) : « Et il est obligatoire pour celui qui n’a pas les compétences de l’ijtihad absolu [ijtihad moutlaq] de s’accrocher à une des 4 écoles, et il n’est pas permis de suivre autre que ces 4 après que tous les savants se soient accordés sur ça [‘aqd ijmâ’ ‘alayhim] car les autres écoles n’ont pas étés transmises ni fixées contrairement aux 4 écoles […] »







Al Imâm al-'Amidî dans al-Ihkâm dit :

"Quant au recours au consensus, il faut noter qu'au temps des Compagnons et de la génération qui l'a suivi, et avant l'apparition des contestataires, les gens du commun recouraient toujours au fatawâ des mujtahids et ne manquaient pas de se conformer à leurs avis juridiques et les savants quant à eux leur répondaient sans mentionner la preuve légale sur laquelle ils s'étaient basée et sans interdire aux gens du commun de suivre leur avis de cette manière. Cette situation n'a jamais été contestée par l'ensemble des musulmans, ce qui revient à dire qu'il se sont mis d'accord à l'unanimité (Ijma') pour déclarer comme légal l'imitation de l'homme du commun sur le mujtahid et cela d'une manière absolue.









Ibn al-Qayyim al Jawziyya a dit dans 'A'lâm al-Muwaqi'în :

"Il n'est pas conforme à la religion que le muqqalid [celui qui suit, n'étant pas capable de l'ijtihad] émettre des fatwas étant donné qu'il doit se conformer lui-même aux avis juridiques de l'école à laquelle il appartient jusqu'ici. Ce qui veut dire qu'il n'a qu'à transmettre ce qui est établi par cette école aussi longtemps que sa compétence en la matière ne lui permette pas de faire autrement. Tous nos pieux prédécesseurs sont d'accord là-dessus, y compris les deux Imâms Ahmad et ash-Shafi'i."







Al-'Izz Ibn 'Abd as-Salam, surnommé le Sultan des Oulama, a dit aussi dans Qawâ'id al-Ahkâm après avoir parlé des mujtahids (savants étant capable de faire l'effort de réflexion par eux-mêmes) :

"C'est une règle qui s'applique à tout le monde sauf aux gens du commun qui sont dans l'obligation de recourir au Taqlid, vu qu'ils ne sont pas aptes à parvenir par eux-mêmes aux décrets divins qui s'imposent dans tel ou tel cas par le biais de l'Ijtihad."



قاعدة فيمن تجب طاعته ومن تجوز طاعته ومن لا تجوز طاعته

لا طاعة لأحد المخلوقين إلا لمن أذن الله في طاعته كالرسل والعلماء والأئمة والقضاة والولاة والآباء والأمهات والسادات والأزواج والمستأجرين في الإجارات على الأعمال والصناعات، ولا طاعة لأحد في معصية الله عز وجل لما فيه من المفسدة الموبقة في الدارين أو في أحدهما، فمن أمر بمعصية فلا سمع ولا طاعة له، إلا أن يكره إنسانا على أمر يبيحه الإكراه فلا إثم على مطيعه، وقد تجب طاعته لا لكونه آمرا بل لدفع مفسدة ما يهدده به من قتل أو قطع أو جناية على بضع، ولو أمر الإمام أو الحاكم إنسانا بما يعتقد الآمر حله والمأمور تحريمه فهل له فعله نظرا إلى رأي الآمر أو يمتنع نظرا إلى رأي المأمور، فيه خلاف، وهذا مختص فيما لا ينقض حكم الآمر به، فإن كان مما ينقض حكمه به فلا سمع ولا طاعة، وكذلك لا طاعة لجهلة الملوك والأمراء إلا فيما يعلم المأمور أنه مأذون في الشرع. وتفرد الإله بالطاعة لاختصاصه بنعم الإنشاء والإبقاء والتغذية والإصلاح الديني والدنيوي، فما من خير إلا هو جالبه، وما من ضير إلا هو سالبه، وليس بعض العباد بأن يكون مطاعا بأولى من البعض، إذ ليس لأحد منهم إنعام بشيء مما ذكرته في حق الإله، وكذلك لا حكم إلا له فأحكامه مستفادة من الكتاب والسنة والإجماع والأقيسة الصحيحة والاستدلالات المعتبرة، فليس لأحد أن يستحسن ولا أن يستعمل مصلحة مرسلة، ولا أن يقلد أحدا لم يؤمر بتقليده: كالمجتهد في تقليد المجتهد أو في تقليد الصحابة وفي هذه المسائل اختلاف بين العلماء، ويرد على من خالف في ذلك قوله عز وجل: {إِِنِ الْحُكْمُ إِلَّا لِلَّهِ أَمَرَ أَلَّا تَعْبُدُوا إِلَّا إِيَّاهُ}. ويستثنى من ذلك العامة فإن وظيفتهم التقليد لعجزهم عن التوصل إلى معرفة الأحكام بالاجتهاد، بخلاف المجتهد فإنه قادر على النظر المؤدي إلى الحكم، ومن قلد إماما من الأئمة ثم أراد تقليد غيره فهل له ذلك؟ فيه خلاف، والمختار التفصيل، فإن كان المذهب الذي أراد الانتقال إليه مما ينقض فيه الحكم؛ فليس له الانتقال إلى حكم يجب نقضه فإنه لم يجب نقضه إلا لبطلانه، فإن كان المأخذان متقاربين جاز التقليد والانتقال لأن الناس لم يزالوا من زمن الصحابة إلى أن ظهرت المذاهب الأربعة يقلدون من اتفق من العلماء من غير نكير من أحد يعتبر إنكاره، ولو كان ذلك باطلا لأنكروه وكذلك لا يجب تقليد الأفضل وإن كان هو الأولى، لأنه لو وجب تقليده لما قلد الناس الفاضل والمفضول في زمن الصحابة والتابعين من غير نكير، بل كانوا مسترسلين في تقليد الفاضل والأفضل ولم يكن الأفضل يدعو الكل إلى تقليد نفسه، ولا المفضول يمنع من سأله عن وجود الفاضل وهذا مما لا يرتاب فيه عاقل ومن العجب العجيب أن الفقهاء المقلدين يقف أحدهم على ضعف مأخذ إمامه بحيث لا يجد لضعفه مدفعا ومع هذا يقلده فيه، ويترك من الكتاب والسنة والأقيسة الصحيحة لمذهبه جمودا على تقليد إمامه، بل يتحلل لدفع ظواهر الكتاب والسنة، ويتأولهما بالتأويلات البعيدة الباطلة نضالا عن مقلده، وقد رأيناهم يجتمعون في المجالس فإذا ذكر لأحدهم في خلاف ما وظن نفسه عليه تعجب غاية التعجب من استرواح إلى دليل بل لما ألفه من تقليد إمامه حتى ظن أن الحق منحصر في مذهب إمامه أولى من تعجبه من مذهب غيره، فالبحث مع هؤلاء ضائع مفض إلى التقاطع والتدابر من غير فائدة يجديها، وما رأيت أحدا رجع عن مذهب إمامه إذا ظهر له الحق في غيره بل يصير عليه مع علمه بضعفه وبعده، فالأولى ترك البحث مع هؤلاء الذين إذا عجز أحدهم عن تمشية مذهب إمامه قال لعل إمامي وقف على دليل لم أقف عليه ولم أهتد إليه، ولم يعلم المسكين أن هذا مقابل بمثله ويفضل لخصمه ما ذكره من الدليل الواضح والبرهان اللائح، فسبحان الله ما أكثر من أعمى التقليد بصره حتى حمله على مثل ما ذكر، وفقنا الله لاتباع الحق أين ما كان وعلى لسان من ظهر، وأين هذا من مناظرة السلف ومشاورتهم في الأحكام ومسارعتهم إلى اتباع الحق إذا ظهر على لسان الخصم، وقد نقل عن الشافعي رحمه الله أنه قال: ما ناظرت أحدا إلا قلت اللهم أجر الحق على قلبه ولسانه، فإن كان الحق معي اتبعني وإن كان الحق معه اتبعته [فائدة] اختلف العلماء في تقليد الحاكم المجتهد لمجتهد آخر فأجازه بعضهم لأن الظاهر من المجتهدين أنهم أصابوا الحق، فلا فرق بين مجتهد ومجتهد فإذا جاز للمجتهد أن يعتمد على ظنه المستفاد من الشرع فلم لا يجوز له الاعتماد على ظن المجتهد المعتمد على أدلة الشرع، ولا سيما إذا كان المقلد أنبل وأفضل في معرفة الأدلة الشرعية، ومنعه الشافعي وغيره، وقالوا ثقة بما يجده من نفسه من الظن المستفاد ومن أدلة الشرع أقوى مما يستفيده من غيره ولا سيما إن كان هو أفضل الجماعة، وخير أبو حنيفة في تقليد من شاء من المجتهدين لأن كل واحد منهم على حق وصواب، وهذا ظاهر متجه إذا قلنا كل مجتهد مصيب قاعدة في الشبهات الدارئة للحدود


(2/148) قواعد الأحكام في مصالح الأنام / موافق للمطبوع - العز بن عبدالسلام






L'Imâm ad-Dahlawî a dit dans Hujjat Allâh al-Bâligha (p.132) :

" La communauté ou ses représentants ont été jusqu'à ce jour unanimes à considérer comme conforme à la lettre et l'esprit de la religion de se conformer aux quatre écoles ainsi recensées et attestées. L'intérêt d'une telle décision n'étant secret pour personne, d'autant plus que ces jours-ci, les âmes sont tombés sous l'emprise de la passion et chacun s'est limité à se satisfaire de ses propres opinions."









L'Imâm ach-Châtibî a dit dans Al-Muwâfaqât :

Les fatawâs des mujtahids par rapport aux gens
(de la masse) sont tels les preuves légales pour les mujtahids. La preuve en est que peu importe que le muqallid (celui qui suit) dispose ou non d'une preuve légale tant qu'il n'est pas apte a en tirer profit par lui même. Car examiner les preuves légales et essayer d'en tirer des conclusions juridiques n'est pas de leur compétence et ceci ne lui est pas autorisé. Puisque le muqallid [celui qui suit, n'étant pas capable de l'ijtihad] n'est pas un savant, il ne peut donc que "demander aux gens du Rappel" à qui il doit toujours recourir pour tout avis religieux, sans aucune exception. Ils représentent donc pour lui la Loi et ce qu'ils disent est dit au Nom du Législateur."


Le livre détaille largement cette question, vous pouvez le consulter en arabe ici : http://ar.wikisource.org/wiki/موافقات_الشاطبي_-_الجزء_الرابع








L'Imâm al Bayjourî dans son commentaire de la "Jawhara at-Tawhid" à dit en expliquant le vers n° 82 :

[ Il est obligatoire d'imiter les doctes parmi eux *** Comme les Savants l'ont exposé dans des textes compréhensibles. ]

Que la parole [ Il est obligatoire de suivre ... ] signifie que parmi les gens, pas tout le monde n'est capable de l'ijtihâd absolu et qu'il est donc obligatoire à tous ceux qui n'en sont pas aptes (même les mujtahid au sein d'une école ou les moujtahid de fatwa) de suivre un des 4 Imâms dans les Ahkâm.

Et que la parole [les doctes parmi eux] signifie un savant capable parmi les 4 Imâms et qu'il n'est pas permis de suivre autre qu'eux même parmi les plus grandes des compagnons, car leurs écoles n'ont pas été compilées ni vérifiées comme celles-ci [les 4 écoles] même si certains l'ai autorisé dans les domaines autres que la fatwa.







يقول الإمام البيجوري في شرحه على جوهرة التوحيد :

[ فواجب تقليد حبر منهم *** كذا حكى القوم بلفظ يفهم]

قوله ( فواجب تقليد ...) إلخ ، لما قدّم أن الأئمة المذكورين هداة هذه الأمة ولم يكن كل واحد من الناس قادرا على الاجتهاد المطلق ذكر هنا أنه يجب على كل من لم يكن فيه أهلية الاجتهاد المطلق ولو كان مجتهد مذهب أو فتوى تقليد إمام من الأئمة الأربعة في الأحكام الفرعية ...........

............ وفوله (حبر منهم ) بفتح الحاء وكسرها : أي عالم حاذق من الأئمة الأربعة ولا يجوز تقليد غيرهم ولو كان من أكابر الصحابة لأن مذاهبهم لم تدون ولم تضبط كمذاهب هؤلاء ، لكن جوّز بعضهم ذلك في غير الافتاء . ].آهـ صـ 250 طـ دار السلام بتعليقات فضيلة المفتي علي جمعة .






______________________________________________________


Note de l'équipe : N'oubliez pas de lire les deux autres sujets annexes pour cerner le tout :

Dossier - Partie 1 - Les paroles des Salafs disant de ne pas les suivre, mais de prendre du Coran & de la Sunnah
Dossier - Partie 2 - Qui est capable de l'ijtihad partiel (mouqayyid) ou absolu (moutlaq) depuis le Coran & la Sunnah ?


______________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit