AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Utiliser le terme Sayyid / Sayyidouna
pour les Saints, Savants et gens du commun

Par les Imâms an Nawawi , Ibn Hajar al 'Asqalânî , Sheikh Muhammad Ibn Adam
aslama.com & souboul-assakina.bbfr.net







Du terme Sayyid (Monsieur, Monseigneur, Maître) - Par l'Imâm Muhyeddine an-Nawawî

Sache que le mot sayyid s’emploie pour désigner l’homme qui gouverne son peuple, ou qui a un rang éminent parmi les siens, ou encore l’homme de mérite ou le chef. On peut également appeler ainsi l’homme magnanime qui ne s’emporte pas dans la colère, ainsi que l’homme généreux, l’époux etc. Un grand nombre de hadiths attestent de la légitimité de ce terme, appliqué aux gens de mérite.

Ainsi, nous rapportons du Sahîh d’al Bukhârî ce récit d’Abû Bakra – qu’Allâh l’agrée - : « Le Prophète (sallallâhu `alayhi wa sallam) monta en chaire avec son petit-fils al-Hasan b. `Alî – qu’Allâh agrée le père et le fils - et prononça ces mots : Mon fils ici présent est un seigneur (sayyid). Il se peut qu’Allâh – exalté soit-il – réconcilie, par son intermédiaire, deux groupes de musulmans. »

Nous rapportons dans les Sahîhs d’al Bukhârî et de Muslîm ce hadith transmis par Abû Sa`îd al-Khudrî – qu’Allâh l’agrée - : « A l’arrivée de Mu`âdh qu’Allâh l’agrée – l’Envoyé d’Allâh (sallallâhu `alayhi wa sallam) dit aux Médinois : Levez-vous [pour l’arrivée] de votre seigneur (sayyid) : » ou « levez-vous pour le meilleur d’entre vous ! »

Nous trouvons dans le Sahîh Muslîm que selon Abû Hurayra – qu’Allâh l’agrée - : « Sa`d b. `Ubada – qu’Allâh l’agrée – demanda à l’Envoyé d’Allâh (sallallâhu `alayhi wa sallam) : quand un homme trouve sa femme avec un autre homme, doit-il le tuer ? » Puis le hadith se poursuit jusqu’au passage où il est dit : « L’Envoyé d’Allâh (sallallâhu `alayhi wa sallam) leur conseilla : Voyez ce que dit votre maître (sayyidukum) [à ce sujet]. »

Il y a maintenant d’autres hadiths qui interdisent l’usage de ce vocable, tel ce hadith de Burayda – qu’Allâh l’agrée – extrait des Sunans d’Abû Dâwûd, avec une chaîne de transmetteurs authentifiée : « L’Envoyé d’Allâh (sallallâhu `alayhi wa sallam) a dit : Ne dites pas à l’hypocrite monsieur (ou ne dites pas de l’hypocrite qu’il est un seigneur !), car même s’il est réellement seigneur, vous avez provoqué la courroux de votre Seigneur – exalté soit-Il -. »


Voici selon moi comment il est possible de concilier ces hadiths :

Il est admis de nommer quelqu’un monsieur ou monseigneur s’il s’agit d’une personne de mérite, un savant, un homme de vertu etc.
Mais quand il s’agit d’un libertin, d’un homme à la foi suspecte ou connu pour tout autre défaut, cela est alors déconseillé (makroûh)
Nous avons déjà rapporté une position similaire de la part de l’imâm Abû Sulayman al-Khattabî dans ses « Ma`âlim al-Sunan ».


[Le livre des invocations - Kitâb al Adhkâr - Imâm al Nawawî ]











La permission de désigner quelqu'un par le terme "maître" (sayyid)

Le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) lui-même s'est décrit comme étant notre maître (sayyid) dans de très nombreux hadiths rapportés par Bukhari, Muslim, Tirmidhi, Abu Dawud, Ibn Majah, Ahmad et Darimi.

En voici quelques exemples :

Je suis le maître (sayyid) de l'humanité au Jour du Jugement. (Bukhari)

Je suis le maître (sayyid) des gens [al-qawm] au Jour du Jugement. (Bukhari)

Je suis le maître (sayyid) des fils d'Adam; je le dis sans prétention. Je suis le premier devant qui la terre se fendra au Jour du Jugement; je le dis sans prétention. Je suis le premier intercesseur et le premier à qui l'intercession sera accordée; je le dis sans prétention. L'étendard [liwa'] de la louange sera entre mes mains au Jour du Jugement; je le dis sans prétention. (Ibn Majah)

Je suis le maître (sayyid) des humains... (Muslim)

Je suis le maître (sayyid) des fils d'Adam au jour du Jugement, le premier dont la tombe s'ouvrira, le premier intercesseur, et le premier dont l'intercession sera acceptée. (Muslim)


L'Imâm al-Nawawi a commenté ce dernier hadith en disant :

Il (que la bénédiction et la paix soient sur lui) a dit "[Je suis le maître des fils d'Adam] au Jour du Jugement," même s'il est leur maître dans cette vie ainsi que dans l'autre car [au Jour de la Résurrection], le fait qu'il est le ‘sayyid’ sera clair pour tout le monde et il n'y aura personne pour contester, s'obstiner ou quoique ce soit du même genre, par opposition à ce monde... Ce qualificatif est comme la parole du Très Haut, "À qui appartient la royauté, aujourd'hui ? À Allâh, l'Unique, le Dominateur" [40:16], même si la royauté lui appartient aussi avant cela.

… Les savants affirment qu’il (que la bénédiction et la paix soient sur lui) n’a pas dit “ Je suis le maître des fils d’Adam ” dans le but de s’en vanter ; bien au contraire, il l’a nié explicitement le fait qu’il s’agisse de prétention dans d’autres narrations rapportées par Muslim dans le célèbre hadith, “ Je suis le maître des fils d’Adam, je le dis sans prétention. ”

Il l’a dit pour deux raisons. D’abord par obéissance envers les Paroles du Très-Haut, “ Et quant aux bienfaits qui te sont accordés, raconte-les. ” [93 :11], ensuite parce qu’il lui est obligatoire de transmettre à son peuple afin qu’il sache, qu’il croit, qu’il agisse conformément à ce qui a été transmis, et qu’il le respecte (que la paix et la bénédiction soient sur lui) comme il sied à son rang et comme Allâh l’a ordonné.
(Sahih Muslim bi Sharh al-Imam Muhyi’l-Deen al-Nawawi, 15.39, Dar al-Ma’rifa)

Si le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) c’est décrit lui-même comme étant notre maître – à l’a fois dans cette vie et dans l’autre – comment peut-on hésiter à le qualifier ainsi.

La permission de designer quelqu’un en tant que maître (sayyid) n’est pas réservé qu’au Prophète (qu’Allâh lui accorde la grâce et la paix).

Dans le Sahih Muslim, le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) a dit à ses compagnons, lorsque Sa’d b. Mu’adh est entré parmi eux : “ Levez-vous pour votre maître (sayyid)… ”


Est-ce de l’association (chirk) ?

Nous vénérons et aimons le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui), non pas parce que nous lui vouons un culte (qu’Allâh nous en préserve), mais plutôt parce qu’Allâh lui-même nous l’a ordonné dans le Coran.

L’une des plus grosses innovations (bid’a) de notre époque, est que lorsque le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) est désigné avec vénération, les gens se sentent mal à l’aise et lorsqu’on le considère comme “ une simple personne ”, ils en sont heureux.

La vénération du Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) est une chose qu’Allâh Lui-même nous a ordonnée.

Qui donc parmi nous désigne ses parents par leurs prénoms ? Cette idée ne traverserait pas l’esprit de quiconque – Musulman ou non – possède un minimum de bonne manière (adab) à cause de l’extrême manque de respect que cela implique. Le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) a un rang bien plus élevé que celui de nos parents.

Allâh a ordonné aux Musulmans de ne pas appeler le Prophète (qu’Allâh lui accorde la grâce et la paix), en disant par exemple, “ Ô Muhammad !” Il a dit :




Ne considérez pas l’appel du Messager comme un appel que vous vous adresseriez les uns aux autres
(24 : 63)


L’Imam Sawi a expliqué dans son commentaire des Jalalayn, que ce verset interdit d’appeler le Prophète (que la bénédiction et la paix soit sur lui) en disant, “Ô Muhammad” ou "Ô Abu'l-Qasim" et nous apprend qu’il devrait être interpellé avec vénération, honneur, et respect en disant plutôt "Ô Messager d’Allâh" ou "Ô Prophète d’Allâh" ou "Ô Guide des Messagers" et d’autres expressions semblables.

Il a dit que le verset nous indique qu’il n’est pas permis d’appeler le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) d’aucune manière n’impliquant pas la vénération et que cela est valable durant sa vie et après son départ pour l’autre monde. (Hashiyat al-Sawi ‘ala Tafsir al-Jalalayn, 3.149)

Les savants parlant la langue Urdu dans le sub-continent Indien (qu’Allâh soit satisfait d’eux tous) ont fait une immense faveur à l’islam en imposant la vénération du Prophète (qu’Allâh lui accorde la grâce et la paix) dans leur langue elle-même. En Urdu, le Prophète (que la bénédiction et la paix soient sur lui) n’est jamais désigné par son nom. Ils le désignent plutôt par "vous" (aap). Lorsqu’ils citent un hadith, les gens disent : "Vous (qu’Allâh vous accorde la grâce et la paix) nous avez dit…etc…"

Le désigner uniquement par son nom est certes grossier.








Appeler un savant par le terme "Mawlana" ou "Sayyidi" - Sheikh Muhammad Ibn Adam de Daru-l Iftaa à Leceister en Angleterre


Question : Que peut-on répondre à ceux qui prétend que l’utilisation du terme Mawlana est réservé seulement à Allah, n'est-il pas permis d'appeler quelqu’un Mawlana ?


Réponse :

Au nom d'Allah, le plus compatissant, le plus compatissant,

Le mot "Mawlana" signifie littéralement notre maître. C'est un mot d'honneur et de respect normalement utilisés dans l'Indo/Pakistan pour une personne qui a reçu un diplôme d’un institut religieux traditionnel (de Dar Al-Uloom).

Les mots Alim, Mawlavi et Fadhil sont également employés pour ce type de personne. Ce mot est également employé dans le monde arabe pour une personne respectable, et pas nécessairement pour un savant en religion.

Pendant mon séjour en Syrie, j'ai entendu beaucoup de fois des Arabes dire :

"Ya Mawlana" (Ô notre maître) ou "Ya Sayyidi" (Ô notre chef).

Il est clair d'après ce qui précède qu'il n'y a rien de mal à appeler quelqu'un Mawlana. C'est simplement un mot employé pour respecter quelqu'un. Ceux qui s'opposent à ceci, disent que le vrai "Mawla" (maître) est seulement Allah, et donc qu’il n'est pas permis d'accorder à quelqu'un le nom d'Allah.

Cependant, ceci est incorrect, car beaucoup de mots et titres utilisés pour Allah tout puissant sont également employés pour ses serviteurs.

Le grand commentateur du saint Qur'an, l'Imam Ibn Kathir a dit dans son Tafsir :

"Il y a certains noms d'Allah qui sont employés (comme noms) pour autre qu'Allah, et d’autres noms d'Allah qui lui sont exclusifs, comme : Allah, Al-Rahman, Al-Khaliq, Al-Raziq et ainsi de suite " (Tafsir Ibn Kathir, 1/42).

Le messager d'Allah a d’ailleurs été qualifié de "Rahim" dans le Qur'an, qui est également un nom d’Allah tout puissant. De même, le terme "Rabb" est plusieurs fois employé dans la langue arabe (en liaison avec un autre mot).

Les livres de Fiqh en sont pleins. Le chef d'une maison s'appelle Rabb Al-Bayt, bien que, le mot Rabb soit employé pour Allah dans le tout premier verset du Qur'an.

Le mot Mawla est lui-même employé dans la langue arabe pour le maître d'un domestique ou d'un esclave.

En conclusion, il est permis d'appeler une personne "Mawlana" par respect.


Source : Muhammad ibn Adam, Darul Iftaa, Leicester , UK.









Le Hâfidh Ibn Hajar al 'Asqalânî :


Citation :



سُئِل الحافظ ابن حجر رحمه الله تعالى عن صفة الصلاة على النبي صلى الله عليه وسلم في الصلاة أو خارج الصلاة ، سواء قيل بوجوبها ، أو بندبها : هل يشترط فيها أن يصفه صلى الله عليه وسلم السِّيادة ، بأن يقول مثلاً : صلِّ على سيِّدنا محمدٍ ، أو على سيّدِ الخلق ، أو سيّد ولد آدم ؟ أو يقتصر على قوله : اللهم صلِّ على محمد ؟
وأيهما أفضل : الإتيانُ بلفظ السيادة ؛ لكونها صفةً ثابتةً له صلى الله عليه وسلم ، أو عدمُ الإتيان لِعدم ورُود ذلك في الآثار ؟


فأجاب رحمه الله :

" نعم اتِّباعُ الألفاظ المأثورة أرجح ، ولا يقال : لعلَّه ترك ذلك تواضعاً منه صلى الله عليه وسلم كما لم يكن يقول عند ذكره : صلى الله عليه وسلم ، وأمّتهُ مندوبة إلى أن تقول ذلك كلما ذُكر ؛ لأنَّا نقول : لو كان ذلك راجحاً لجاء عن الصحابة ، ثم عن التابعين ، ولم نقِفْ في شيءٍ من الآثار عن أحدٍ من الصحابة ولا التابعين أنه قال ذلك ، مع كثرة ما ورد عنهم من ذلك ، وهذا الإمامُ الشافعي أعلى الله درجته وهو من أكثر الناس تعظيماً للنبي صلى الله عليه وسلم ، قال في خطبة كتابه الذي هو عمدة أهل مذهبه : " اللهم صلِّ على محمد ، إلى آخر ما أدَّاه إليه اجتهاده وهو قوله : " كلما ذكره الذاكرون ، وكلما غفل عن ذكره الغافلون " ، وكأنه استنبط ذلك من الحديث الصحيح الذي فيه ( سبحان الله عدد خلقه ) ، وقد عقد القاضي عياض بابا في صفة الصلاة على النبي صلى الله عليه وسلم في كتاب "الشفاء" ، ونقل فيه آثارا مرفوعة عن جماعة من الصحابة والتابعين ، ليس في شيء منها عن أحد من الصحابة وغيرهم لفظ : " سيدنا " ، والغرض أن كل من ذكر المسألة من الفقهاء قاطبة ، لم يقع في كلام أحد منهم : " سيدنا " ، ولو كانت هذه الزيادة مندوبة ما خفيت عليهم كلهم حتى أغفلوها ، والخير كله في الاتباع ، والله أعلم " انتهى


نقله السخاوي في "القول البديع" ، ومحمد بن محمد الغرابيلي

Le Hâfidh ibn Hajar al 'Asqalânî a été questionné sur les critères de la prière sur le Prophète, en prière ou en dehors, s'il fallait employer le terme "Sayyidi" pour le Prophète il a répondu qu'il n'y a pas de athar (récits) mentionnant l'emploi du terme Sayyidouna de la part des premières générations [...] que l'avis connu (majoritaire) sur cette question dans les livres de fiqh est que la parole Sayyidouna n'apparait pas, donc si cette parole était recommandée (mandoûba) elle aurait sûrement été employée, et que la meilleure chose à faire dans ce cas est de suivre (ce non-emploi du terme)

[Fin du résumé du sens]

Certains utilisent à tord cette parole du Hâfidh ibn Hajar afin de justifier qu'il est interdit (harâm) ou déconseillé/détestable (makroûh) d'employer ce terme, hors le Hâfidh dis seulement que ça n'a pas été conseillé/recommandé (mandoûb) et qu'il n'a rien été rapporté des Salafs comme tel.

Notons aussi que la question porte sur la prière sur le Prophète (pendant la prière ou en dehors), non pas dans la vie de tous les jours, ce qui nuance quand même vu que la prière sur le Prophète est une prière, et les appellations qu'on attribue aux gens sont des actes de la vie courante.

Aussi, quand bien même il aurait été question de l'emploi du terme Sayyidi dans la vie courante, dans le sunnisme l'abstention n'a jamais été une preuve de l'interdiction. Nous conseillons la lecture de cet article pour plus de renseignements : La valeur juridique de l'abstention, sa définition et ses catégories - Cheikh `Abd Allâh al-Ghumârî.


Il n'y a par conséquent aucune preuve de sa réprobation et encore moins de son interdiction dans ses paroles.





Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit