AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 





Extrait de l'Abandon de la Volonté propre
Ibn 'Ata Ilah as-Sakandari



" (...) Enfin, considère les conséquences des événements dont tu ignores tout : peut-être mettras-tu en oeuvre une affaire qui te paraît profitable et voilà qu'elle se retournera contre toi ? Peut-être des événements pénibles t'apporteront un bienfait, ou connaîtras-tu des désagréments à la suite d'un événements d'apparence bénéfique ?

Combien d'événements heureux qui s'avèrent ultérieurement difficiles, et d'événements difficiles qui connaissent une fin heureuse !

L'épreuve peut receler des dons, et les dons une épreuve. Tireras-tu profit de la main de tes ennemies, ou seras-tu ruinés par tes propres amis ?

Comment dans ces conditions l'homme sage pourrait-il opposer à Dieu sa propre volonté sur les événements, alors même qu'il ignore ce qui lui est profitable pour le mettre en oeuvre, et ce qui est nuisible pour s'en prémunir !

C'est ce qui fait dire à Abû l-Hassan al-Shâdhilî :

" Mon Dieu, nous sommes impuissants à repousser les méfaits dont nous connaissons l'origine et les moyens de nous en préserver ! Comment pourrions-nous repousser un méfait dont nous ignorons l'origine, et les moyens de nous en préserver?"

Il te suffit sinon de te remettre en mémoire le verset que nous citions tout à l'heure :

"Il se peut que vous détestiez une chose qui constitue un bien pour vous, et il se peut que vous aimiez une chose qui constitue un mal pour vous".

Combien de fois as-tu voulu atteindre une chose que Dieu avait détournée de toi, éprouvant pour elle souci et concupiscence de l'âme, jusqu'à ce que Dieu t'en dévoile les funestes conséquences ?

C'est alors que tu compris qu'IL t'avais entouré de Sa sollicitude et fait le bon choix à ton insu !

Quoi de plus détestable qu'un disciple stupide doublé d'un serviteur rebelle ? Conforme -toi plutôt à ce qui est dit dans ces vers :

Combien de fois ai-je désiré une chose que TU voulais éloigner de moi !
Sans cesse Tu T'es montré à mon égard
Plus doux et miséricordieux que je ne saurai l'être
pour moi même !
Aussi ai-je décidé que si la moindre pensée m'assaillait désormais,
Tu seras à chaque fois, et Toi Seul,
la première d'entre toutes.
ET que plus jamais Tu ne me verrais là où il Te déplait :
Car en mon coeur Tu occupes une place sublime.


On rapporte à ce sujet qu'un homme avait coutume de dire, chaque fois qu'il subissait une épreuve ou une calamité : " Voilà un bienfait."

Une nuit, le loup dévora son coq.

Quand on l'interrogea sur cette infortune, il répondit selon son habitude : "Voilà un bienfait."

Dans la même soirée, son chien était abattu.

A nouveau interrogé là-dessus, l'homme répondit de même : " Voilà un bienfait."
Quelques heures encore, et son âne mourait dans un ultime braiment. A

ux habitants du village qui le plaignaient d'un tel coup du sort l'homme répondit encore : "Voilà un bienfait."

Sa rengaine finit par lasser les villageois qui le laissèrent, excédés.

Or la même nuit, des bédouins pillards fondirent sur le village ; se guidant aux cris des animaux domestiques, ils tuèrent tous les habitants.

L'homme fut le seul à échapper au massacre : le sacrifice de ses bêtes lui avait sauvé la vie.


Louange au Sage qui agence toute choses

(...)


Extrait du livre : "L'Abandon de la Volonté Propre" d'Ibn 'Ata Ilah as-Sakandari. Recopié par notre frère Bilâl
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit