AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 









Prodiges et Bénédictions de l'Envoyé d'Allah



الحمد لله رب العالمين

وصلى الله وسلم على نبينا محمد





Un jour, l'Envoyé de Dieu monta une jument peu rapide d'Abu Talha. A son retour, il dit à celui-ci : "Nous avons trouvé ta jument très rapide."



Par la suite cette jument est devenue imbattable en course. Il en fut de même pour un âne trainard de Sa'd Ibn 'Ubada.


Quelques cheveux du Prophète étaient restés dans le casque de Khalid ibn al-Walid. Or celui-ci n'a jamais participé à un combat en portant ce casque sans connaitre la victoire.



Il est aussi rapporté, dans les recueils du Hadith Authentique qu'Asma Bint Abu Bakr sortit un manteau vert et dit : " L'Envoyé de Dieu le portait. Nous l'avons conservé pour soigner les malades."



L'Envoyé d'Allah versa un jour ce qui restait de ses ablutions mineures dans le puits de Quba qui n'a jamais tari par la suite.



Il donna également sa langue à ses deux petits-fils al-Hassan et al-Hussein qui pleuraient de soif. Ils la sucèrent et cessèrent de pleurer. Ainsi il projetait sa salive dans les bouches des nourrissons et elle leur suffisait jusqu'au matin.



La mère de Mâlik Ibn Anas avait une petite outre dans laquelle elle offrait du beurre liquide au Prophète .



Il lui demanda de ne pas la presser. Puis il lui remit cette outre remplie de beurre.



Lorsque ses enfants venaient lui demander un peu de gras pour leur pain (car il n'en avaient pas) elle allait cherchait l'outre pour y puiser du beurre. Elle ne cessa ainsi de s'en servir pour leur nourriture jusqu'au jour où elle pressa cette outre.



Sa main transmettait ainsi la bénédiction à tout ce qu'elle touchait ou plantait. Ainsi, lorsque Salman s'était engagé devant ses maitres à planter trois cents palmiers pour eux jusqu'à ce qu'ils donnent des fruits, en échange de quarante dirhams en or pour son affranchissement, l'Envoyé d'Allah alla les planter de sa propre main pour l'aider, à l'exception d'un seul palmier qui fut planter par un autre.



Tous ces palmiers poussèrent à l'exception de ce dernier que le Prophète arracha pour le remplacer.



De son coté, Hansah ibn 'Aqil rapporte ceci : L'Envoyé d'Allah m'a fait boire quelques gorgées de sawiq (farine d'orge cuite qu'on mélange avec de l'eau) ; il commença par en boire puis il me donna le reste. Or je n'ai cessé de retrouver ce goût qui revenait lorsque j'avais faim, qui m'étanchait lorsque j'avais soif et m'apaisait par sa fraicheur.



On rapporte également que 'Utba Ibn Farqad dégageait une odeur plus agréable que le parfum des femmes parce que l'Envoyé d'Allah avait essuyé de sa main son ventre et son dos.



De même, il a essuyé le sang sur le visage de 'Aid Ibn 'Amru qui a été blessé au cours de la bataille de Hunayn en faisant des invocations en sa faveur, et ceci lui devint une tâche blanche comme celle du cheval.



Il essuya également de la main la tête de Qays Ibn Zayd al-Judami en faisant des invocations en sa faveur. Il mourut à l'age de cent ans, la tete blanche, sauf là où le Prophète avait passé sa main qui garda des cheveux noirs. On l'appelait d'ailleur al-aghr (l'homme à la tache blanche). On a rapporté ce même récit au sujet de 'Amru Ibn Tha'laba al Juhanni. De même, il a essuyé de sa main le visage de Qatada Ibn Milhan. Et son visage avait une telle brillance qu'il semblait donner un reflet comme une glace.



Le Prophète a jeté un peu d'eau sur le visage de Zaynab Bint Um Salama. Et on n'a jamais connu autant de beauté sur le visage d'une femme.



Abu Hurayra s'était plaint au Prophète ('alayhi salatu wassalam) de la perte de mémoire. Il lui ordonna de déployer son habit dans lequel il mit sa main en faisant le geste de celui qui remplit quelque chose puis il ordonna de le plier. Ce que fit Abu Hurayra. Depuis, il n'a rien oublié. D'ailleurs, ce qu'on a rapporté au sujet de sa science ne peut être cité exhaustivement.



Il frappa la poitrine de Jabir Ibn 'Abdullah tout en faisant des invocations en sa faveur car on lui avait rapporté qu'il ne se maintenait pas bien sur les chevaux, et il devint le plus illustre des cavaliers arabes.









اللهم صل على سيدنا و مولانا محمد طب القلوب و دوآئها
و عافية الأبدان و شفآئها و نور الأبصار و ضيآئها
و على آله و صحبه و سلم









"Kitab ach-Chiffa" d'al Qadi 'Iyyadh. Quelques extraits du chapitre : " Sur les prodiges de l'Envoyé d'Allah, ses bénédictions et la modification de l'essence de tout ce qu'il touchait. "
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit