AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 






Célébration de la Naissance du Prophète
Par la commission de fatwa Egyptienne (Dar al Ifta al Misriyya)

dar-alifta.org





La naissance du Prophète est une miséricorde divine pour toute l'humanité tout au long de son histoire. Le Coran a qualifié la mission du Prophète de miséricorde pour l'univers. Cette miséricorde n'est pas limitée puisqu'elle consiste à éduquer les hommes, à les purifier, à les former et à les guider vers le Droit Chemin aussi bien dans leur vie matérielle que morale. De même, cette miséricorde n'est pas l'apanage des contemporains du Prophète ; mais elle s'étend pour couvrir la communauté musulmane de tout temps et de tout lieu.

Allah dit :





….ainsi qu'à d'autres parmi ceux qui ne les ont pas encore rejoints1 .


Célébrer la naissance du maître révéré dans les deux mondes terrestre et céleste, l'ultime Messager de la miséricorde, le secours de la nation, est l'un des meilleurs actes entraînant la satisfaction d'Allah. Car cette célébration exprime, en effet, la joie et l'amour éprouvés à l'égard du Prophète . Cet amour représente, en fait, un des fondements de foi. Dans le hadith authentique rapporté par al-Boukhari, le Prophète dit : " La foi de chacun de vous ne sera parfaite que lorsqu'il me préfère à lui-même, à ses parents, à ses enfants, et à toute autre personne. "




Ibn Rajab dit : " L'amour du Prophète est l'un des fondements de foi. Il est subordonné à l'amour d'Allah, Glorifié soit-Il. Allah, le Très-Haut, a associé l'amour éprouvé pour le Prophète à celui qu'on éprouve à Son égard. Il a menacé de châtiment celui qui donne, dans son amour, la priorité aux proches parents, aux biens, aux patries au détriment d'Allah et de Son Messager. "



Allah dit :




Dis : " Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu'Allah, Son Messager, et la lutte dans le sentier d'Allah ; alors attendez qu'Allah fasse venir Son ordre2 . Et Allah ne guide pas les gens pervers3 .
De même, quand Omar dit au Prophète :
" Ô Messager d'Allah, je t'aime plus que tout le monde, mais pas plus que moi-même. "
Le Prophète répondit : " Non, au nom de Celui qui possède mon âme, ta foi ne sera parfaite que lorsque tu m'aimeras plus que toi-même !
" Omar répliqua : " Maintenant, par Allah, je t'aime plus que moi-même !
" Le Prophète répondit : " Maintenant Omar, ta foi est parfaite4 . "



Commémorer la naissance du Prophète est formellement légitime, car il constitue la pierre angulaire des fondements de l'Islam. Allah, qui sait, par excellence, le mérite de Son Prophète, a indiqué à l'univers son nom, sa mission, son rang et sa dignité. C'est pourquoi, l'univers a manifesté sa joie en reconnaissance des faveurs divines dont il est comblé.


Depuis le IV° et le V° siècle, nos pieux ancêtres avaient l'habitude de commémorer la naissance du Prophète. Ils passaient la veille de cette occasion heureuse dans l'accomplissement de toutes les bonnes œuvres, en commençant par l'hospitalité offerte, la récitation du Coran et les invocations et finissant par le chant des vers en l'amour du Prophète. Plusieurs historiens ont fait mention de cette occasion dans leurs ouvrages tel qu'Ibn al-Jawzi , Ibn Kathir , Ibn Dah'ia al-Andaloussi , Ibn Hajar , et l'érudit Jalal ad-Din as-Souyouti etc...


Pour ce qui est de la recommandation de commémorer la naissance du Prophète, un groupe de savants et de jurisconsultes a rédigé plusieurs épîtres où ils qualifient, par des preuves incontestables, de recommandée cette cérémonie de sorte que nul homme doué de raison ne peut récuser l'attitude de nos pieux ancêtres à ce propos. Dans son ouvrage al-Madkhal, Ibn al-Haj a rapporté, en détail, toutes les vertus de cette commémoration. De même, il en a dit ce qui permet de soulager l'esprit des croyants. Il est à noter que cet ouvrage d'Ibn al-Haj al-Madkhal était essentiellement rédigé pour critiquer les innovations réprimandées qui manquent de preuves légitimes.


Célébration " Ihtifal إحتفال " en arabe vient de l'expression : " Hafala allabano fi ad-der' " حفل اللبن في الضرع" c'est-à-dire, le lait est amassé dans les mamelles. De cette racine arabe, est dérivé ce qui suit :

Yahfelo, haflan, hofolan, tahaffala, ihtafala (se rassembler).
Hafala al-qawm : les gens se sont rassemblés.
'Indaho haflon mena annas : Il a chez lui un grand nombre de gens.

La célébration, à l'origine, est un infinitif nominal. Mahfelo al-qawm est l'endroit où ils s'assemblent.


Quant au sens de la célébration dans ce contexte, il ne diffère pas beaucoup du sens linguistique. Car l'objectif de la célébration de la naissance du Prophète consiste à ce que les gens s'assemblent pour invoquer Allah, chanter les éloges du Prophète , offrir, par piété, de la nourriture en guise de manifestation d'amour pour le Prophète, à l'arrivée de son anniversaire.


A ces pratiques-là, vient s'ajouter l'habitude d'acheter des sucreries pour les offrir en cadeaux. En effet, cette habitude autorisée pourrait être recommandée si elle apporte la joie à la famille et maintient bien les liens de parenté. Qu'en est-il donc s'il s'agit d'une manifestation de joie célébrant la naissance du Prophète Mohammad ?! Rien ne prouve que l'échange des cadeaux, en tant que acte recommandé en soi, est obligatoirement restreint à un temps bien déterminé.


Le fait que nos pieux ancêtres, durant les premiers siècles de l'Hégire, n'ont pas fêté cette occasion ne justifie, en aucun cas, son interdiction. Car aucun homme sensé ne peut douter de leur amour envers le Prophète et de leur joie exprimée pour son anniversaire. Seulement, cette joie peut être exprimée de plusieurs façons. Alors, il n'y a aucun inconvénient à ce qu'on adopte l'une d'elles, car ces façons d'exprimer cette joie ne sont pas de caractère sacré pour qu'elles soient littéralement suivies.

Toutefois, la joie éprouvée envers le Prophète est un des moyens de se rapprocher d'Allah, et quel moyen ! Donc, à chacun sa manière d'exprimer cette joie et tous les moyens sont bons pour aboutir à cette noble fin.


En feuilletant la Tradition, on tombe sur un hadith dans lequel le Prophète a permis et même approuvé la démonstration de joie faite pour sa personne. Boraydah al-Aslami rapporte :

" Au retour victorieux du Prophète de l'une de ses batailles, une esclave noire vint lui dire : " J'ai fait vœu de chanter et de battre les tambourins en ta présence, si tu nous es revenu saint et sauf. "

" S'il s'agit vraiment d'un vœu, fais-le5 ! ", dit le Prophète.




Si le fait de battre les tambourins à titre de démonstration de joie pour le retour victorieux du Prophète est un acte permis bien approuvé et même ordonné s'il s'agit d'un vœu, à plus forte raison le fait de fêter, de la même façon, l'anniversaire du Prophète est plus approuvé et recommandé.


Malgré son impiété têtue et son hostilité à l'égard d'Allah et de Son Messager, Abu Lahab subira un châtiment moins sévère à l'au-delà en raison de sa joie extrême manifestée par l'affranchissement de son esclave Thouwayba qui lui a annoncé la nouvelle heureuse de la naissance du Prophète .

Il aura, à l'Enfer, l'avantage d'absorber, chaque lundi, de l'eau jaillissant d'un trou de sa paume. Récit bien mentionné dans le Sahih d'al-Boukhari.

Si cela est le sort de cet infidèle ennemi pour une simple démonstration de joie pour la naissance du Prophète , qu'en est-il donc de la récompense destinée aux croyants commémorant, avec joie sincère, cette naissance bénie, naissance d'un homme qui a changé le cours de l'Histoire.


Dans sa Tradition, le Prophète nous a indiqué la meilleure façon d'afficher notre gratitude envers Allah pour cette naissance bénie. Dans un hadith authentique, on rapporte que le Prophète(saws) jeûnait tous les lundis et disait : " C'est le jour où je suis né !6 "


Ce hadith met en relief la manière du Prophète de manifester sa gratitude envers le Seigneur pour le don de son existence bénie.

Et pour suivre l'exemple prophétique, nous devons agir de la sorte…

Par exemple, nous devons faire preuve de reconnaissance envers le Seigneur par n'importe quelle forme licite de gratitude, comme à titre d'exemple, offrir, en aumône, de la nourriture, chanter les mérites du Prophète, tenir des séances d'invocation, jeûner, passer la nuit en prière, etc… selon les moyens de chacun.


Dans son recueil consacré à la biographie du Prophète , Sobol al-Hoda wa ar-rachad fi Hady Khayr Al 'Ebad, as-Salehi rapporte que l'un des vertueux de son temps avait vu le Prophète en rêve et s'est plaint, auprès de lui, de quelques soi disants savants, qui désapprouvent le fait de célébrer l'anniversaire prophétique.

Le Prophète lui aurait répondu : " Celui qui éprouve de la joie pour moi, j'éprouve de la joie pour lui. "


Ainsi, il est recommandé de fêter la naissance des membres de la famille prophétique et des bien-aimés d'Allah par tous les moyens licites pour exhorter à suivre leur l'exemple.

En outre, Allah nous ordonne de rappeler l'histoire des Prophètes et des vertueux en disant :





Et rappelle l’histoire d’Abraham, telle qu’elle se trouve dans le Coran7 ."

" Rappelle également l’histoire de Moïse, telle qu’elle est citée dans le Coran. C’était un véritable élu de Dieu, Un Messager et un Prophète8
.

Ce rappel ne concerne pas seulement les Prophètes ; mais aussi les vertueux :





Rappelle aussi l’histoire de Marie, telle qu’il est fait mention dans le Coran9 .
Selon les Ulémas dignitaires, Marie n'était qu'une simple femme véridique.






De même, Allah, le Très-Haut, a recommandé de rappeler les jours d'Allah :

Et rappelle-leur les journées du Seigneur !10
Bien entendu, les anniversaires et les jours de victoires font partie des jours d'Allah. C'est pourquoi, le Prophète jeûnait chaque lundi en guise de reconnaissance envers le Seigneur pour le don de son existence, une façon d'exprimer sa joie pour le jour de sa naissance comme on l'a déjà noté dans le hadith rapporté par Abu Qatada cité dans le Sahih de Muslim.

Le Prophète jeûnait également le 2ième jour de Moharram de l'année hégirienne (Achoura) et recommandait aux fidèles de le jeûner à titre de reconnaissance envers Allah pour avoir sauvé le Prophète Moussa (Moise) .


Dans le Coran et par la bouche des Prophètes , Allah, le Très-Haut, a rendu honneur aux jours de naissance de certains Prophètes :





Que la paix soit sur lui le jour où il naquit… !11
Par la bouche de Jésus, Allah dit :




Que la paix soit sur moi le jour où je naquis.... !12
En effet, le don de l'existence qui, à l'origine de tout bien, a lieu le jour de la naissance. C'est pourquoi, commémorer ce jour et conseiller de le faire fait partie de la reconnaissance envers Allah pour Ses bienfaits dont les gens sont amplement comblés.

Rien n'empêche donc de déterminer certains jours pour commémorer les souvenirs des bien-aimés d'Allah malgré les quelques actes interdits commis par certains durant ces jours-ci.

Ces mauvais agissements ne mettent pas en cause la légitimité de célébrer ces occasions. On a l'habitude de commémorer les souvenirs de ces pieux tout en dénonçant de tels actes illégaux et en avertissant ses auteurs de leurs méfaits considérés comme dérogation au but sublime pour lequel cette noble commémoration a eu lieu.



___________________

Notes :

1- Coran : al-Juma'a. V. 3.
2- Son ordre: l'accomplissement de Sa menace.
3- Coran : at-Tawba. V. 24.
4- Rapporté par al-Boukhary.
5- Rapporté par Ahmad et jugé bon valide par at-Termizi.
6- Rapporté par Muslim d'après Abou Qatada.
7- Coran : Mariam. V. 41.
8- Coran : Mariam. V. 51.
9- Coran : Mariam. V. 16.
10- Coran : Abraham. V. 5.
11- Coran : Mariam. V. 15.
12- Coran : Mariam. V. 33.

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Religions