AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Les bienfaits de l'amour du Prophète
mohammedia.fr




Introduction


L'amour du Prophète est l'amour de toute la beauté et la noblesse de caractère, la véracité, la justice, l'humilité et de la force intérieure dont l'homme est capable et que le Prophète en tant que Insan Kamil (Homme Parfait, être totalement réalisé) a possédé au degré extrême. L'amour pour le Prophète signifie reconnaître, chérir et glorifier tout le potentiel de bonté et de grandeur que Dieu a créé dans l'Homme.


Cela signifie aussi l'amour de l'humanité, non seulement en ce qui concerne son potentiel de perfection, mais aussi malgré son incapacité générale à réaliser ce potentiel et malgré toutes les sortes d'imperfections et de faiblesses dont il souffre. Car le Prophète est non seulement l'Homme Parfait, mais aussi l'Homme Témoin, le Représentant agréé, qui, le jour du Jugement dernier, devant le trône de Dieu, représentera l'humanité et plaidera pour sa défense en raison des imperfections et faiblesses humaines .


Ainsi l'amour du Prophète nous met d'une part sur la route de la perfection en nous la faisant chérir intensément et d'autre part il nous aide à accepter notre humanité imparfaite et de cette façon nous permet de vivre en paix avec nous-mêmes comme des serviteurs repentants de Dieu recherchant Sa Miséricorde.

C'est pourquoi l'amour pour le Prophète est une des conditions de la foi, la foi consistant justement à reconnaître ses imperfections et faiblesses et à s'en repentir, et à chérir comme idéal, même inaccessible, la perfection dont l'homme est potentiellement capable, en luttant pour cela.


Parallèlement, si le Prophète a lié l'obtention de la foi à l'amour sincère pour lui, il a aussi lié, dans un autre hadith célèbre, l'obtention de la foi au fait d'aimer pour les autres ce qu'on aime pour soi-même.


Si l'on fait la synthèse des deux hadiths, on peut conclure que la foi véritable s'obtient en aimant le Prophète plus que toute chose dans la création, ce qui se vérifie dans le profond respect que l'on a pour lui, et en souhaitant ardemment partager cet amour avec tous, sans s'arrêter sur ses propres faiblesses ni sur celles des autres.




L'amour du Prophète permet de mesurer la foi.


Hassan al Basri, ainsi qu'Ibn Jurayh disent au sujet du verset : "Dis : "si vous aimez Dieu, suivez-moi, Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés, Dieu est Absoluteur et Miséricordieux" (Sourate 3, Al Imrane : verset 31) :

"Certaines personnes ont affirmé aimer Dieu. Le verset fut alors révélé afin d'établir le fait que ces personnes ne puissent être sincères qu'en se soumettant au Prophète et afin qu'on sache lorsqu'une personne affirme aimer Dieu si elle dit vrai ou ne fait que le prétendre. Ainsi, si cette personne désobéit au Prophète et ne suit pas sa religion et ses prescriptions, on saura qu'elle n'est pas sincère quand elle affirme aimer Dieu, car l'amour sincère implique nécessairement l'obéissance et la soumission".

Hadith : "Je jure par celui qui tient mon âme entre Ses Mains qu'aucun d'entre vous ne sera croyant tant que je ne lui serai pas plus cher que sa personne, ses enfants, ses parents et tous les gens. "(Bukhari d'après Anas)

Le Prophète a dit : "Quiconque possède les trois qualités suivantes connaîtra les délices de la foi :

- Celui pour qui Dieu - qu'Il soit glorifié - et Son Prophète deviennent plus aimés que tout.

- Celui qui, lorsqu'il aime quelqu'un, ne l'aime que pour l'amour de Dieu.

- Celui qui détesterait retourner à l'incroyance tout comme il détesterait être jeté dans le feu." (Bukhari d'après Anas)

Le Hadith de Omar montre aussi que le degré d'amour du Prophète permet de mesurer la foi. Quand cet amour est total, la foi est totale: il dit en effet :"Vous m'êtes plus cher, O Messager d'Allah, que tout ce que je possède sauf ma propre personne qui est en moi". Le Prophète a répondu : "tu ne seras pas un vrai croyant tant que je ne suis plus cher pour toi que ta propre personne" Omar a dit : "par Celui qui vous a révélé le Livre, vous m'êtes plus cher que ma propre personne". Le Prophète lui dit alors : "Maintenant, ta foi est complète".

Ibn Abbas rapporte que le Prophète a dit : "aimez Allah Ta'ala parce qu'Il vous nourrit et vous soutient; aimez-moi parce qu'Allah Ta'ala m'aime. "(Tirmidhi)

Allah ordonne un amour supérieur pour le Prophète :

Dis: "Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, votre clan, les biens que vous avez acquis, un négoce dont vous craignez le déclin, les demeures où vous vous plaisez, vous tiennent plus au coeur que Dieu et Son Prophète et la lutte dans la voie de Dieu attendez-vous à voir Dieu exécuter ses arrêts. Dieu n'aime pas les pervers.

(Sourate 9 - At-tawba: verset24)


On comprend de ce verset que l'homme pervers (fâssiq) est celui qui n'aime pas le Prophète plus que tout ce qu'il aime normalement. L'homme sain est celui qui a réalisé cet amour. Tant que cet amour n'est pas réalisé, Allah enverra ses arrêts (amrih) sous forme d'épreuves pour nettoyer l'homme de ses attachements plus importants que celui envers le Prophète . Quand ceci est accompli, Allah aime cette personne et la choisit comme expliqué dans ce hadith : "quand Allah aime un serviteur, Il l'éprouve, s'il patiente, Il le choisit".

Une fois on a demandé à Ali ibn Abi Talib, "Comment était votre amour pour le Messager d'Allah ?" Il a répondu : "par Allah, nous l'avons aimé plus que nos richesses, nos fils, nos pères et nos mères et plus que l'eau froide par un temps de grande soif." L'amour envers le Prophète prend sa source dans l'éminence de sa miséricorde, laquelle vient d'Allah

Allah dit dans Son Livre :

Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants.

(9:128)


C'est à dire que l'amour envers le Prophète est comparable à l'amour envers sa mère : on l'aime pour ses qualités de miséricorde, sa tendresse, son souci de nous, sa compassion, sa sollicitude, sa présence à nos côtés en tout ce qui nous affecte. Et le Prophète est certes meilleur pour nous que ne l'est une mère. La miséricorde donnée au Prophète est beaucoup plus grande que celle donnée à la mère : en étendue (elle couvre toute sa communauté), en qualité (la mère ne pensera qu'à elle-même le jour du jugement, tandis que le Prophète pensera à sa communauté) et de par sa fonction qui est d'éduquer l'âme et de conduire à l'amour de Dieu.

"C'est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance." (3:159)

L'amour du Prophète conduit aux nobles qualités, lesquelles sont requises pour être admis au paradis.


Il a été dit au Prophète : "Nous voyons des croyants qui sont humbles et des croyants qui ne le sont pas. Quelle est la raison de cela ?" Il a dit : "celui-ci trouve sa foi ornée de l'humilité alors que l'autre ne la trouve pas". Il a été dit : "comment pouvons-nous trouver une telle foi, ou l'obtenir ou la gagner ?" Il a répondu : "en aimant sincèrement Allah". Il a été dit : "comment l'amour d'Allah peut-il être obtenu ?" Il a dit : "en aimant Son Messager. Recherchez donc la satisfaction d'Allah et la satisfaction de Son Messager en les aimant".

Il est donc clair qu'en aimant Allah et Son Messager , la foi s'accomplit, et dès lors elle revêt toutes les qualités. Car la foi, la vertu et la piété sont une même chose.

L'amour du Prophète donne une autre dimension à la vie sociale


Commentaire des deux hadiths qui font de l'amour du Prophète la mesure de la foi,

"Aucun de vous n'a vraiment la foi, à moins qu'il ne m'aime plus qu'il n'aime son père et ses enfants"

"Aucun d'entre vous n'a véritablement la foi, à moins qu'il ne m'aime plus qu'il n'aime son père, ses enfants et tous les hommes"

Écoutons les grands commentateurs.

Qastallânî s'interroge d'abord pourquoi le terme " père " (wâlid) est placé avant le terme" enfant " (walad). Il l'est parce que tout le monde a un père, mais tout un chacun n'a pas nécessairement d'enfants.

Quant à l'amour, le commentateur distingue plusieurs niveaux.

l'amour qui vient du fond des entrailles comme l'amour-affection que l'on porte à ses enfants.

l'amour-respect teinté de déférence, comme celui que l'on porte à ses parents.

L'amour pour le Prophète, lequel est un amour qui s'exprime par la bonté et la bienfaisance envers autrui au-delà de son cercle familial.
Qastallânî, ajoute-même : Celui qui a l'expérience de cet amour aimera aussi ses ennemis, parce qu'il se rendra compte qu'ils ressemblent en fait aux personnes de son entourage qu'il aime naturellement.

Faut-il inclure sa propre personne dans l'expression "et tous les hommes" ("à moins qu'il ne m'aime plus que son père, ses enfants et tous les hommes".) Faut-il donc comprendre alors la parole prophétique ainsi : "à moins qu'il ne m'aime plus que son père, ses enfants et soi-même" ? Qastallânî et 'Asqalânî répondent tous deux par l'affirmative. Le raisonnement de Qastallânî est le suivant:

L'amour dont il est question ici, c'est l'amour provenant de la foi, non l'amour purement instinctif. Ce que veut dire le Prophète (saws)ici, c'est que la réalité de la foi ne se parachève que si on atteint un amour d'une qualité différente de celui que l'on porte à ses père et mère, ses enfants ou soi-même.


L'islam, c'est certes la pudeur envers soi-même et les autres, c'est ne pas nuire à autrui ni en parole ni en acte, donner à manger à autrui, le saluer, aimer pour autrui ce que l'on aimerait pour soi-même, mais c'est en même temps laisser se développer en soi un amour d'un autre niveau que celui qui nous lie à nos proches, celui pour le Prophète et pour Dieu, ou plutôt mettre ces deux amours en relation avec les autres, aimer autrui uniquement pour Dieu, c'est-à-dire non dans une perspective égoïste, mais dans une perspective qui toujours nous dépasse.[1]



L'amour du Prophète conduit à sa sainte proximité

On a demandé au Messager d'Allah : "Es-tu au courant des bénédictions qui sont demandées pour toi par ceux qui ne sont pas avec toi ou par ceux qui vont venir après toi ? Quelle est leur affaire à ton sujet ? Il répondit "j'entends les bénédictions des gens qui m'aiment et je les connais. Et les bénédictions des autres me sont présentées".

On trouve dans le sahih Muslim: "parmi ceux de ma Communauté qui m'aiment le plus intensément il y a certaines personnes qui viendront après moi et qui donneraient même leur famille et leurs biens pour me voir."

Al-Bukhârî et Muslim rapportent que 'AbdAllah ibn Mas'ûd a dit: « Un homme est venu dire au Prophète : "Que dis-tu d'un homme qui aime des gens, mais qui n'a pu les rejoindre ?" Le Prophète répondit: "On sera avec ceux qu'on aime !" »

Un homme nommé Thawbane est venu chez le Prophète en pleurant, et quand il lui demanda la cause de ses pleurs, il dit: "Messager d'Allah, je t'aime plus que ma famille et mes biens. Je me rappelle de toi et je ne peux pas attendre jusqu'a ce que je puisse venir et te regarder. Alors je pleure? Puis je me rappelle que je mourrai et que tu mourras et je sais que quand tu entreras au Paradis, tu seras élevé haut avec les Prophètes. Aussi, si j'y entre, je ne te verrai pas et à ce moment mes pleurs ne peuvent plus s'arrêter." A ce moment là, l'ange Jibril descendit et Allah révéla :

Quiconque obéit à Allah et au Messager, il est avec ceux qu'Il a favorisés: les prophètes (la paix soit sur eux tous), les vrais saints, le Martyrs, et les Véridiques. Et quelle excellente compagnie.
(4:69)


Le Prophète a appelé l'homme et lui a récité le verset.

(Tabarani : hadith rapporté d'A'isha et d'Ibn 'Abbas, Qadi 'Iyad l'a cité dans Al-Shifa 'aussi bien qu'Ibn Kathir dans son Tafsir (1:310) et Al-Baghawi dans le sien.)

Il est rapporté dans les deux sahih (Muslim et Bukhari) , d'après Anas, "un homme est venu interroger le Prophète en disant : "quand l'heure arrivera-t-elle ô Envoyé d'Allah ?" Il répondu "Qu'as-tu préparé pour elle ?" L'homme dit :"je n'ai rien préparé pour elle en matière de prière, jeûne et d'aumône, mais j'aime Allah et Son Messager". Le Prophète a répondu : "tu es avec celui que tu aimes" Nous dîmes (nous les compagnons présents), "nous aussi !", ce à quoi il fut répondu : "oui"

C'est une bonne nouvelle, une annonce qui réjouissait Anas le grand savant au point de dire : "nous ne fûmes jamais autant ravis, depuis l'avénement de l'islam, comme par sa parole:"tu es avec celui que tu aimes". Ceci est le commentaire d'Anas dont les oeuvres sont impressionantes.

Quant à nous qui déplorons notre insuffisance totale en matière d'oeuvres et d'adoration, nous demandons à Dieu de nous accorder Son amour et celui de Son Messager , en espérant que cet amour nous permette de rejoindre notre Bien Aimé Mustapha dans la proximité divine.

L'amour authentique signifie ici le partage avec le bien aimé du principe de son action, même si on est incapable d'en atteindre la finalité, ainsi que le montre le hadith rapporté par Anas, c'est cette intention, malgré les efforts, qui est touchée par la grâce divine pour celui qui aime le Prophète d'un amour sincère.

En effet, la réalisation n'appartient qu'à Dieu et elle ne nous sera pas reprochée. Seul nous incombe l'élan du coeur dans sa forme (son intention) et sa pureté. Cela dit, l'intention et sa pureté sont confirmées dans les faits et les actes, car celui qui aime quelqu'un suit sa trace et recherche la conformité totale de son être au bien aimé .

L'amour pour le Prophète est le meilleur argument devant les non-croyant


'Urwa ibn Mas'ûd rapporte que lorsque les notables de Quraysh l'avaient délégué comme émissaire pour négocier avec l'Envoyé de Dieu , il fut témoin d'actes de révérence étonnants de la part des Compagnons du Prophète.

À son retour vers les Quraysh, il dit: «Ô gens de Quraysh ! J'ai vu Kosroes dans son royaume, César dans son royaume, Najashi dans son royaume. Mais je jure par Dieu! Je n'ai jamais vu aucun d'eux traité avec autant de ferveur par ses courtisans que ne l'est Muhammad par ses compagnons! Bien plus, ils ne voudront jamais vous le livrer.»

Anas ibn Mâlik rapporte: «Je voyais le Prophète , lorsqu'il se faisait couper les cheveux par son coiffeur, alors que ses Compagnons se mettaient autour de lui, ne laissant pas un seul de ses cheveux tomber par terre.»

Lorsque Zayd Ibn Ad-Dathinah fût emprisoné à la Mecque, Aboû Soufyan , qui n'avait pas encore embrassé l'Islam, lui proposa avant de l'exécuter : " Zayd ! Dis moi sincèrement : Aimerais-tu rejoindre ta famille et mettre à ta place Muhammed pour qu'on lui tranche sa tête. " Il répondit : " Je jure par Allah je n'aimerai pas qu'à cet instant précis, une épine pique Muhammed à l'endroit où il se trouve alors que je suis parmi ma famille ! "

De ce fait, quand il fut appeler à témoigner sur le Prophète Mohammed devant Heraclès, l'empereur byzantin, Aboû Soufyân dit, quoique n'étant toujours pas musulman : " Je n'ai point vu de personne autant révérée par des gens que la révérence accordé à Muhammed par ses compagnons. " (Al-Bidhâya wa An-Nihâhya d'Ibn Khatir, 4/65)

L'amour des compagnons pour le Prophète

Ourwa IBN Zoubayr rapporte: Les fils des idolâtres tués à Badr capturèrent Khoubayb, qu'Allah l'agrée. Ils le crucifièrent, le blessèrent, puis l'appelèrent et le supplièrent : "Voudrais-tu que Mohammed soit à ta place ? " Il répliqua: "Non par Allah l'immense! Je ne voudrais même pas qu'il me rachète en ayant une piqûre d'épine dans son pied " et ils rirent de sa réponse.

Au début, la maison de Fatima bint ar Rasoul, qu’Allah l’agréée, était un peu éloignée de celle du Prophète salla Allahou 'alayhi wa salam. Il lui dit un jour : « Je voudrais que tu habites plus près de moi. »
Fatima, qu’Allah l’agréée dit : La maison de Harita (qu’Allah l’agrée) est proche de la tienne. Si tu lui demandes de changer de maison contre la mienne, il acceptera volontiers. » Le Prophète répondit : « Une fois déjà il a échangé sa maison à ma demande. Je suis gêné de lui demander une seconde fois. »

Mais Harita fut mis au courant du désir du Prophète , et immédiatement il vint chez lui et lui dit : « O Prophète d’Allah, j’ai appris que tu veux que Fatima(qu’Allah l’agréée) vienne habiter près de toi. Ma maison est à votre disposition. Aucune autre maison n’est plus près de la vôtre. Echangez laquelle vous voulez. Tous mes effets, et moi-même sont sacrifiés pour Allah ta’ala et Son Prophète. Par le serment d’Allah ta’ala, tous ceux que vous prendriez de moi me seront plus chers que ceux qui resteraient. Le Prophète répondit : « Ce que tu dis est vrai. »

Il fit une invocation de bénédiction en sa faveur et échangea les maisons.

Pendant la Bataille d’Ohoud, à un moment le Prophète salla Allahou 'alayhi wa salam fut sévèrement attaqué par les ennemis et deux cercles du casque qu’il portait s’étaient incrustés dans son crâne. Abou Bakr et Abou Oubaidah (qu’Allah les agrée) se précipitèrent à son secours. Abou Oubaidah (qu’Allah l’agrée) commença à tirer sur les cercles avec ses dents. Quand le cercle fut rompu, il avait déjà perdu une dent. Sans se soucier de cela, il commença à enlever l’autre cercle de la même manière. Il réussit à rompre le deuxième cercle mais il se brisa une seconde dent.

Ibn Ishâq raconte : " Une femme médinoise avait subi l'épreuve de perdre son père, son frère et son mari le jour de la bataille d'Ouhoud en compagnie du Messager d'Allah. Elle demanda : Qu'en est t-il du Messager d'Allah ? On lui répondit : "Il va bien grâce à Allah, il est (en vie) comme tu le souhaites; " Elle leur informa : Montrez-le-moi, j'aimerai le voir." Lorsqu'elle le vit, elle s'exclama: Je te vois et tout malheur et dès lors insignifiant à mes yeux ! " (As'Sira d'Ibn Hichâm, 3/43)

Assim Ibn Muhammed Al-'Amry rapporte d'après son père qui raconte : "Je n'ai point entendu Omar mentionner Mohammed sans pleurer." Ceci, s'explique par le grand amour qu'il éprouvait pour le Prophète.

Amr Ibn Al-'Âss raconte : " Je n'aimait point une personne autant que le Messager d'Allah et je ne respectait aucune personne autant que le Messager d'Allah. Malgré cela, je ne pouvais lever mes yeux vers lui par grande révérence, si bien que si on me demandait de le décrire, je serais incapable de le faire n'ayant pu le contempler avec précision. "

Juste avant sa mort, la femme de Bilâl disait : "Quel malheur !", mais Bilâl rétorqua "Plutôt quel bonheur ! Demain je retrouverai ceux que j'aime, Mohammed et ses proches." Ce fût aussi la parole d'Aboû Moussâ Al-Ach'ary, lorsqu'il se dirigea vers Médine.
Revenir en haut Aller en bas



Comment parvenir à l'amour véritable du Prophète ?





En pratiquant le combat du moi


Ce combat a besoin d'un guide (maitre spirituel qualifié) et d'une pratique assidue de l'adoration. En effet, l’Imâm Muslim rapporte selon Rabi`âh Ibn Mâlik Al-Aslamiyy : « Le Messager d’Allâh me dit : « demande [une faveur] », je répondis : « t’accompagner dans le Paradis ». il dit : « [désires-tu] autre chose encore ? », je répondis : « c’est tout ce que j’espère », il dit : « aide-moi donc à vaincre ton ego en multipliant les prosternations ».



En l'imitant en tout

L'imitation du Prophète n'est pas uniquement l'attachement à la sounna, c'est la conformité intérieure du sens moral et de l'éthique, c'est la Passion pour les enseignements du Prophète, une passion empreinte d'une certaine jalousie pour lui qui fait qu'on ne veut se nourrir que de ses enseignements et qu'on n'accepte pas leur dénigrement, leur abandon, leur incompréhension.

Le Prophète a dit : "par Dieu ! Vous n'atteindrez pas la foi tant que vous ne mettrez pas votre passion entièrement au service de mes enseignements" (Tirmidhi)



En cultivant l'ardent désir de le rencontrer

L'amour du Prophète se cultive chaque jour, chaque instant en essayant de faire revivre en son coeur le désir de le rencontrer, en sentant la brûlure de la séparation. Parlant de ceux qui cultivent cet état, le Prophète a dit : "Parmi les personnes de ma communauté qui m'aiment le plus, des gens qui viendront après moi et qui désireront me voir quand bien même il sacrifierait pour cela leur famille et leurs biens. " (Rapporté par Mouslim.)




En saisissant les occasions de se remémorer sa venue


Muslim rapporte dans son Sahîh, ainsi que Ahmad Ibn Hambal, Abû Dâwûd et
Al-Hâkim dans son Mustadrak, entre autres traditionnistes, que : « Un bédouin vit le Messager de Dieu jeûner un lundi et s’en enquit auprès de lui. Il s’en expliqua disant : “C’est le jour où je suis né, le jour où je fus chargé de ma mission, et le jour où j’ai reçu la révélation.” » Notez comment le Messager de Dieu célébrait le jour de sa naissance et lui réservait un accueil spécial ; C’est en ce jour également que le Messager de Dieu reçut sa mission prophétique.

Toutes les occasions de se rappeler du Prophète et de la faveur faite par Allah de sa venue sont donc à prendre : lectures de sa vie, de celle de son entourage, de ses compagnons, étude des ses qualités (shama'il), célébrations de sa naissance, écoute de chants, de poèmes, lectures de prières particulières sur lui, conférences sur lui.

Il est bon aussi de se rappeler de ses larmes pour sa communauté, de son souci pour elle et de l'amour qu'il a manifesté pour les croyants qu'il n'a pas connu de son vivant, en les appelant ses frères, en se languissant d'eux et en les mentionnant devant les compagnons.

En effet, il est rapporté qu'une semaine avant de mourir, le Prophète(saws) alla visiter les Martyrs de la bataille d'Ohod. En revenant, il eut les larmes aux yeux. Ses compagnons lui demandèrent :

« Qu'est-ce qui te fait pleurer Ô Messager d'Allah ? »

« Mes frères me manquent… » répondit-il. Etonnés, les compagnons lui demandèrent :

« Ne sommes-nous pas tes frères, Ô Messager d'Allah ? » Alors il dit :

« Non, vous, vous êtes mes compagnons. Quant à mes frères, ce sont les peuples qui viendront après moi et qui croiront en moi. »


En abondant en prières sur lui

Il connu que parmi les bienfaits des prières abondantes sur le Prophète figure l'augmentation de l'amour pour lui et se son amour envers nous.

Ibn Al Qayyim, par exemple dit à ce propos : "Elle (la Prière sur le Prophète) lui permet d’entretenir et d’augmenter les sentiments qu’il éprouve vis-à-vis du Prophète , en sachant que l’amour du Prophète est un acte de foi incontournable. Plus l’ « être » est bien-aimé, plus ses qualités et ses caractéristiques attirantes sont évoquées et présentes à l’esprit et plus les sentiments à son égard augmentent. Son souvenir à l’ardeur grandissante anime et envahit tout le cœur. Lorsque ce sentiment n’est pas entretenu, il perd de son intensité. La chose la plus attirante à la vue, c’est de contempler son bien-aimé et la chose la plus attirante au cœur, c’est de se remémorer ses qualités. Ce sentiment intense se manifeste à travers les paroles en faisant incessamment ses éloges." Il ajoute : "Elle lui permet d’obtenir en retour l’amour du Prophète de la même manière qu’elle permet d’entretenir l’amour du Prophète ."
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit