AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 









Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 





La recherche de bénédiction (at Tabarruk)
risala.net


Définitions


  • Linguistiquement at-tabarrouk : c'est la recherche de la bénédiction [baraka] qui signifie : prospérité et augmentation.


    Religieusement : Ar-Râghib Al-Asfahânî dit: "la [baraka] c'est l'établissement (thubût) de la bonté divine dans une chose".


    Le Très haut dit : {Si les habitants des cités croyaient et étaient pieux, nous leur ouvririons des bénédictions du ciel et de la terre.} et {ceci et rappel béni que nous avons révélé} indiquant les bontés divines accordées en abondance.


    Ainsi d'un point de vue terminologique, le tabarrouk désigne la recherche de l'établissement de la bonté divine / bienfait divin dans une chose.



La recherche de bénédiction légale



Dans les traces des Prophètes et des pieux
Al-Qourtoubî dit : "Le fait que le Prophète ordonne que l'on boive du puits de la chamelle établit la validité du tabarrouk par les traces des prophètes et des pieux quand bien même leur époque serait lointaine et que leurs traces seraient peu évidentes. De même, le début du récit établit le ressentiment envers les pervers et envers leurs demeures et leurs traces. Naturellement, les objets inanimés ne sont pas réprouvables en soi mais ce qui est lié à l'aimé est aimé et ce qui est lié au détesté est détesté à son tour". (Tafsir Al-Qourtoubi)



Dans l'eau de leurs ablutions
"Lorsque le Prophète accomplissait ses ablutions c'est à peine si les gens ne se battaient pas pour l'eau de ses ablutions" tellement ils étaient désireux d'obtenir la bénédiction par le biais de ce qui était rentré en contact avec le corps du Prophète .

Celui qui n'avait pas la chance d'avoir un peu de cette eau directement récupérait un peu d'humidité de la main de ses compagnons.
Al-Bazzar a dit : "On dit que les gens qui étaient présents, parmi les gens distingués ou ceux du commun, lors de son bain mortuaire, se sont précipités en masse pour récupérer l'eau qui est restée de son bain, et chacun a récupéré un peu de cette eau". (Biographie d'Ibn Taymiyya)


Dans leur salive

An-Nawawî dit au sujet du hadîth du tahnîk (effectué pour le nouveau-né) où le Prophète a mâché une datte et l'a mise en contact avec le palais d'un nouveau-né : "Les savants sont d'accord pour recommander le tahnîk par les dates ou autre chose sucrée similaire, et pour que la personne qui effectue le tahnîk soit pieuse et du nombre de ceux auprès de qui on recherche la bénédiction [mimman youtabarrak bih], que ce soit un homme ou une femme". (Commentaire de Sahih Muslim)


Dans leur cheveux
"Lorsqu'il se coupait les cheveux, le Prophète les distribuait entre ses compagnons."
Anas relate que le Messager d'Allâh arriva à Minâ où il jeta les pierres à la jamrah, puis il alla à son foyer à Minâ et offrit le sacrifice puis, tout en indiquant les côtés de ses cheveux, il dit au coiffeur : "Coupe ! Puis il donna les cheveux aux gens."
Dans une autre variante : "Une fois que le Prophète eut accompli le jet de la jamrah et offert le sacrifice, il tourna vers le coiffeur son profil droit et lui ordonna de le couper, ce qu'il fit. Il appela alors Abû Talhah Al-Ansârî à qui il confia ses cheveux. Puis il tourna au coiffeur son profil gauche et lui dit de le couper, ce qu'il fit également. Puis il donna ses cheveux à Abû Talhah et lui ordonna de les distribuer aux gens"
Et dans une autre variante "Il commença par le profil droit et distribua ses cheveux à raison d'un cheveu ou deux par personne, puis il passa au profil gauche et fit de même."

Anas dit : "Je vis le Messager d'Allâh se faisant couper les cheveux par le coiffeur avec les gens tout autour d'eux. Le moindre cheveux qui tombait finissait dans la main de l'un d'eux."
On rapporte que Khâlid Ibn Al-Walîd perdit une [qalansuwah] le jour de la bataille d'Al-Yarmûk. Il la chercha jusqu'à ce qu'il l'eut retrouvée. Il dit alors: "Partant à la `umrah, le Messager de Dieu s'est rasé la tête. Les gens se sont empressés de récupérer les cheveux des côtés de sa tête et je les ai devancé en récupérant sa frange que j'ai déposé dans cette [qalansuwah]. Depuis, à chaque fois que j'ai participé à une bataille, la victoire m'était toujours accordée".

Il a été rapporté que l'Imâm Ahmad gardait quelques cheveux du Prophète , dans la manche de son qamîs, et par leur bénédiction, Al-Mu`tasim n'a pas brûlé ce qamîs dans la Fitna relative à la question de la création du Coran.


Dans leurs vêtements et ustensiles

Le hadîth de la jubbah du Prophète, récupérée par Asmâ Bint Abi Bakr après la mort de `Â'isha. Dans l'espoir de guérir les malades, Asmâ lavait cette jubbah du Prophète et usait de cette eau bénie pour les malades. (Muslim)

Al-Bukhârî a rapporté de façon authentique que le Compagnon Abd Allah Ibn Salâm faisait le tabarrouk par le récipient dont buvait le Prophète, et l'endroit où il priait.


Ibn Taymiyah a cité que l'Imâm Ahmad et d'autres autorisent que l'on fasse du "tamassuh" (le fait de passer sa main sur qelque chose) avec le mimbar et la l'endroit où le Prophète s'asseyait et où il posait sa main.

Il a été également rapporté que l'Imâm Ash-Shâfi`î a recherché la bénédiction dans l'eau de lavage du qamîs de l'Imâm Ahmad lorsque Dieu l'a raffermi dans la Vérité. (Hayât Al-hayawân Al-Kubrâ par Ad-Dameiri)


En les touchant

Al-Bukhârî a rapporté que les gens saisissaient les deux mains du Messager de Dieu - quand il était à Bathâ' Makkah - et les passaient sur leurs visages. Le narrateur du récit, Abû juhayfah dit : "J'ai pris sa main et je l'ai posée sur mon visage. Elle était plus fraiche que la glace et avait une odeur plus agréable que le musc".

Et selon la narration rapportée par Ahmad, les gens se sont assemblées en foule près du Messager de Dieu, après la prière du sobh, à Hajjat Al-wadâ`; Abu Yazîd, par sa force et sa jeunesse, a pu parvenir jusqu'au Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui. Il saisit sa main et la posa sur son visage et sa pointrine : il trouva que rien n'était plus frais ni ne sentait meilleur que sa main.

Ash-Shawkânî dit dans Nayl Al-Awtâr : "Cela établit la légitimité du tabarrouk en touchant les gens de vertus, en raison de l'approbation du Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui".


En les Salutants

Ibn Al-Bazzâr affirme qu'il est rare qu'une personne douée de clairvoyance ne voit Ibn Taymiyah sans se jeter sur ses mains pour les embrasser, si bien que lorsque les gens qui travaillent, lorsqu'ils le voyaient, ils sortaient de leurs magasin, afin de le saluer et en guise de tabarrouk par lui. Et Ibn Taymiyah saluait chacun d'eux.






Les deux règles qui régissent le tabarrouk


1) c'est le bon choix de la personne aimée : il faut que ce soit une personne attachée à la droiture et l'observance des droits de Dieu, et éviter l'immodération qui consiste à élever cette personne au-dessus de son rang de serviteur de Dieu.

2) La mise en garde contre les excès de certains qui font du tabarrouk, ne doit pas nous amener à falsifier les jugements légaux et considérer, que le tabarrouk - en soi et sous toutes ses formes - serait du chirk. La prudence n'est pas un prétexte pour qualifier de polythéisme ce qui n'en est pas.
Revenir en haut Aller en bas




La bénédiction résidant dans les affaires du Prophète
at-Tabarruk

mohammedia.fr




Le Tabarrouk comme la recherche de bénédictions à travers les reliques du Prophète a été largement pratiqué par les compagnons, comme le montrent les récits suivants :




Les cheveux et les ongles du Prophète



Boukhari rapporte que Uthman Ibn Abdulhah a dit : "Ma femme m 'envoya un jour chez Umm Salama (une épouse du Prophète , que Dieu l'agrée) avec un gobelet d'eau dans lequel trempait une mèche faite de quelques cheveux du Prophète .

Lorsque quelqu'un souffrait du mauvais œil ou d'une maladie quelconque, elles lui envoyaient un récipient d'eau (dans lequel Umm Salama trempait un cheveu pour traiter le malade qui la buvait ou se lavait avec). Je regardai dans la cloche en métal et vis à l'intérieur quelques cheveux roux".



Selon Anas (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu vint à Mina. Il se dirigea vers la première pierre (symbolisant le Diable) et lui jeta les sept cailloux rituels. Puis il alla à sa maison de Mina et sacrifia. Il dit ensuite au coiffeur : "Taille de ce côté" (et il désigna le côté droit de sa tête puis le côté gauche). Ensuite il chargea Abou Talha (que Dieu l'agrée) de distribuer ses cheveux parmi les gens". (Al-Boukhâri, Mouslim)


Anas (que Dieu l'agrée) dit : "Je vis le Messager de Dieu se faisant couper les cheveux par le coiffeur avec les gens tout autour d'eux. Le moindre cheveu qui tombait finissait dans la main de l'un d'eux."


Selon Ahmad, il raconte aussi : "Lorsque le Prophète rasa sa tête à Mina, il me donna les cheveux de la partie droite, et dit : Anas ! Envoie les à Oum Soulaym [sa mère]. Lorsque les compagnons virent ce que le Prophète nous donna, ils commencèrent à se procurer les cheveux du côté gauche, et à qui mieux mieux, chacun en prit une portion."



Ibn al-Sakan rapporta à travers Safwan ibn Houbayra, du père de ce dernier : Thabit al Bounani dit : Anas Ibn Malik (sur son lit, mourrant) me dit : "Voici un cheveux du Messager d'Allah . Je veux que tu le places sous ma langue. Thabit continua : Je le plaçai sous sa langue et il fut enterré avec ce cheveux sous sa langue". (rapporté par Ibn Hajar dans son al Isaba fi Tamyiz as Sahaba)



Abu Bakr a dit : "Je vis Khalid (Ibn Walid) demander la frange du Prophète et il la reçut. Il la mit par dessus ses yeux et l'embrassa".

On rapporte que Khâlid Ibn Al-Walîd (que Dieu l'agrée) perdit une [qalansuwah] le jour de la bataille d'Al-Yarmûk. Il la chercha jusqu'à ce qu'il l'eut retrouvée. Il dit alors : "Partant à la `umrah, le Messager de Dieu s'est rasé la tête. Les gens se sont empressés de récupérer les cheveux des côtés de sa tête et je les ai devancé en récupérant sa frange que j'ai déposé dans cette [qalansuwah]. Depuis, à chaque fois que j'ai participé à une bataille, la victoire m'était toujours accordée".



Ibn al-Jawzi a rapporté dans Manaqib Ahmad avec une chaîne de transmission ininterrompue jusqu'à 'Abdoullâh Ibn Ahmad Ibn Hanbal qu'il a dit : "J'ai vu mon père (c'est-à dire Ahmad Ibn Hanbal) prendre un des cheveux du Prophète le mettre sur ses lèvres et l'embrasser. Je pense l'avoir vu le poser sur ses yeux, la plonger dans l'eau puis en boire pour chercher la guérison. Je l'ai vu prendre un récipient du Prophète , le laver, puis boire dedans".



Ibn Sirîn raconte : « Je dis un jour à 'Ubayda : Nous avons, chez nous, quelques cheveux du Prophète que nous avons obtenus auprès d'Anas.

Ubayda dit alors : « Posséder ne serait-ce qu'un seul de ses cheveux me serait plus agréale que de posséder ce bas monde et tout ce qui s'y trouve. » (Sahîh Al-Bukhârî, Chapitre des Ablutions)



L'imam Ahmad rapporte d'Abd Allah ibn Zayd ibn Abd Rabbih avec une chaîne authentique que le Prophète coupa ses ongles et les distribua aux gens. (Mousnad)




La Sueur du Prophète


Le Messager de Dieu a dormi une fois chez Anas, il a sué, la mère d'Anas, Sahla Oum Soulaym, apporta un flacon pour récupérer la sueur, le Prophète la questionna sur ce geste. Elle répondit : « nous allons la mettre dans notre parfum, elle est le plus agréable des parfums ». Le Prophète sourit. (dans une autre version, il lui fit du‘a)



Dans un autre hadith, il est dit que Oum Soulaym récupéra la sueur à partir d’un coussin qu’elle essora, puis dit, en réponse à l’étonnement du Prophète : « C’est pour nos petits ».



Lorsque Anas était sur son lit, rendant l'âme, il ordonna à ce qu'on en mette sur son corps avant son enterrement et il en fut ainsi. Selon Ibn Sa'd, Ibn Sirin aussi reçut une partie du parfum d'Oum Soulaym.



(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

(suite)





La salive et l'eau d'ablution du Prophète


Selon Aisha, le Prophète , quand quelqu'un se plaignait de quelque mal ou souffrait d'une ulcération ou d'une blessure, faisait ainsi avec son doigt (et celui qui rapporte ce Hadith, Soufyàn Ibn 'Uyayna, toucha de son doigt la terre puis le releva) et disait : «Au nom de Dieu! La terre de notre pays avec la salive de certains des nôtres fait guérir notre malade avec la permission de notre Seigneur». (ura) (1)


Boukhari rapporte de Muhammad Ibn Rabi que : "Lorsque le Prophète accomplissait ses ablutions, c'est à peine si les gens ne se battaient pas pour l'eau de ses ablutions" tellement ils étaient désireux d'obtenir la bénédiction par le biais de ce qui était rentré en contact avec le corps du Prophète . Celui qui n'avait pas la chance d'avoir un peu de cette eau directement récupérait un peu d'humidité de la main de ses compagnons. Le Prophète n'aurait jamais permis de telles pratiques s'il y eut quelque soupçon d'associationnisme (shirk) en cela.



Boukhari rapporte d'Abu Musa : "Le Prophète se fit apporter un gobelet d'eau, se lava les mains et lui fit face, cracha dedans, puis dit à Abu Musa et à Bilal : "Buvez-en et versez le reste sur vos figures et vos poitrines."



Boukhari rapporte ce hadith assez semblable tenu de Abu Juhaifa : "J'entrai chez le Prophète qui se trouvait alors sous une tente en cuir rouge. Je vis Bilal qui recueillait le résidu d'eau des ablutions du Prophète dont les gens s'emparaient pour s'en enduire le visage. Et quiconque ne parvenait pas à recueillir de cette eau, partageait les traces d'eau restantes sur les mains de son proche com pagnon (afin de s'en enduire)"




Boukhari a rapporté dans son (ouvrage) Sahih d'après Al-Bara' qu'il a dit : "Le Prophète s'était assis sur le bord du puits, il a demandé de l'eau, il s'en est rincé la bouche puis a rejeté cette eau de sa bouche dans le puits", ceci pour laisser dans sa Communauté de l'eau bénie par les traces du Prophète ".




Anas rapporte que les serviteurs de Médine apportaient leurs récipients remplis d’eau à l’Envoyé de Dieu une fois la prière du matin accomplie. Il trempait alors sa main dans chaque récipient qu’on lui présentait. Par ce moyen, ces serviteurs recherchaient à obtenir la bénédiction (al-baraka).(source : Kitab ash-Shifa du Qadi 'Iyad)



Al-Ja'd raconte : J'ai entendu as-Sâ'ib ibn Yazîd dire : « Ma tante m'emmena un jour auprès du Prophète . Elle lui dit : Ô Messager d'Allâh, le fils de ma soeur, que voici, est malade. Le Prophète passa sa main sur ma tête et me bénit (baraka). Il s'ablutionna et je bus de l'eau de ses ablutions. Je me levai et vint derrière lui. Alors je vis, entre ses omoplates, le Sceau de la Prophétie ; il était gros comme un oeuf de colombe. » Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions, hadith n°187 - Muslim Chapitre des mérites (fadâ'il).


Al-Bazzar a dit : "On dit que les gens qui étaient présents, parmi les gens distingués ou ceux du commun, lors de son bain mortuaire, se sont précipités en masse pour récupérer l'eau qui est restée de son bain, et chacun a récupéré un peu de cette eau". (Biographie d'Ibn Taymiya)



L'imam Ahmad rapporte dans son Musnad , livre 1, d'après Ja'far Ibn Mohammed : " L'eau de la toilette mortuaire était répandue sur le Prophète et'Ali Ibn Abi Talib en a bu".


Asma rapporte qu’elle conçut ‘Abdoullah bin az-Zoubair. Elle ajouta : « J’émigrai à Médine alors que ma grossesse tirait à sa fin. En chemin, je m’arrêtai à Qouba, où je donnai naissance à mon fils. Puis je l’amenai au Prophète et je le mis sur ses genoux. Le Prophète demanda qu’on lui apporte une datte, la mâcha et mit un peu de son jus dans la bouche de l’enfant. Ainsi, la première chose qui entra dans l’estomac du nourrisson fut la salive du Messager d’Allah. Ensuite, ce dernier frotta le palais du bébé avec une datte et invoqua la bénédiction d’Allah sur lui. Il s’agissait du premier enfant né parmi les émigrants de Médine. (Boukhari)



An-Nawawî dit au sujet du hadîth du tahnîk (effectué pour le nouveau-né) où le Prophète a mâché une datte et l'a mise en contact avec le palais d'un nouveau-né : "Les savants sont d'accord pour recommander le tahnîk par les dattes ou autre chose sucrée similaire, et pour que la personne qui effectue le tahnîk soit pieuse et du nombre de ceux auprès de qui on recherche la bénédiction [mimman youtabarrak bih], que ce soit un homme ou une femme". (Commentaire de Sahih Muslim




(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

(suite)



La Tasse du Prophète


Al-Boukhârî a rapporté de façon authentique que le compagnon 'Abdoullah Ibn Salâm faisait le tabarrouk par le récipient dans lequel buvait le Prophète , et l'endroit où il priait.



Hallaj Ibn Hassan dit : "Nous étions au domicile de Anas, et il fit sortir la tasse du Prophète d'une poche noire. Il ordonna de la remplir avec de l'eau, et nous en buvions et mettions sur nos têtes, os visages et multiplions les bénédictions sur le Prophète .(Ahmad, Ibn Kathir)


Assim dit : "je vis cette tasse et m'en servit pour boire." (Boukhari)





(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

(suite)







Le Minbar du Prophète



'Abdoullâh a dit : "J'ai interrogé mon père (l'Imam Ahmad) à propos de l'homme qui touche le pommeau du Minbar avec l'intention de faire le tabarrouk, ainsi que sur le fait de toucher la tombe du Prophète . Il a dit : Il n'y a pas de mal en cela"". (Al-'Ilal wa Ma'rifatou r-Rijal 2/35)



Ibn Abi Chayba rapporte qu'un groupe des compagnons attendaient que la mosquée du Prophète se vide pour aller poser leurs mains sur le pommeau du minbar [roummanatou l-minbar] et qu'ils invoquaient Dieu.



Ibn Oumar avait l'habitude de de toucher le siège du minbar et de s'essuyer le visage pour les bénédictions. (Al Mughni, al Shifa, Tabaqat Ibn Sa'd)



D'après Abou Hurayra, Jabir, Abu Imama et Malik : Ce fut la Sounnah du Prophète de jurer à la vérité à partir de son Minbar.

Ibn Hajar dit qu'à La Mecque, l'on jure entre le coin yéménite et la station d'Ibrahim. (Nisa'i, Ahmad,Abu Dawud, Ibn Majah et autres, Boukhai le confirme)


_______________
Notons que le Minbar du Prophète est assez particulier puisque, selon un hadith, il sera dressé devant le Bassin du Prophète le jour du Jugement pour que le Prophète puisse accueillir les croyants au Bassin.





(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

(suite)





L'argent que le Prophète dépensa


Jâbir vendit un chameau au Prophète et celui-ci donna des directives à Bilal d'ajouter un qirat (1/2 dirham) à la somme convenue.

Jabir dit : "ce que le Prophète a ajouté ne me quittera jamais", et après quoi il le conserva. (Ibn Hajar, Fath al Bari)





Les Cannes du Prophète


Lorsque Abdoullah Ibn Anis revint de l'une de ses batailles, ayant tué Khalil Ibn Soufiane Ibn Nabih, le Prophète le récompensa avec sa canne et dit : "ce sera un signe entre toi et moi le Jour de la Résurrection." A la suite de quoi, il ne s'en sépara plus et fut enterré avec elle lorsqu'il mourrut. (Ahmad)


Qadi 'Iyyad rapporte qu'après que Jihjah al-Ghifari arracha la canne du Prophète des mains de 'Outhmane (qu'Allah l'agrée) et essaya de la briser avec son genou, une infection s'abattit sur son genou qui finit par être amputé, et il mourut avant la fin de l'année.




(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

(suite =>)



La Tombe du Prophète

Ibrahim Al-Harbi a dit : "Embrasser la chambre du Prophète (là où il y a sa tombe) est une chose recommandée". (cité par Al-Bouhouti)


Les anges font le Tabarruk par la tombe du Prophète :

D'après Nabih Ibn Wahb, que Ka'b était rentré pour l'assemblée de 'Aicha, que Dieu l'agrée.

Le Messager de Dieu ayant été mentionné, Ka'b a dit : "Il n'y a pas une aube qui se lève sans que soixante dix mille anges descendent jusqu'à ce qu'ils entourent la tombe, frappent de leurs ailes la tombe et fassent des invocations en faveur du Prophète jusqu'au soir, puis ils remontent tandis que soixante dix mille autres descendent jusqu'à ce qu'ils entourent la tombe, frappent de leurs ailes la tombe et fassent des invocations en faveur du Prophète . Soixante dix mille de nuit et soixante dix mille de jour jusqu'à ce que la terre se fende pour lui, il sortira alors accompagné de soixante dix mille anges joyeux annonçant la bonne nouvelle". (Cité par Ibn l-Qayyim dans Jala_ou l-Afham)



Le célèbre Imam Al Boukhârî a dit à Abû Ja`far Ibn Muhammad Abû Hâtim Al-Warrâq : « J’ai étudié les livres d’Ibn Al-Mubârak et Wakî` et je connaissais déjà leurs écrits par cœur à l’âge de seize ans. A dix-huit ans, j’ai commencé à compiler les comportements et les paroles des Compagnons et des Successeurs [en arabe : at-tâbi`ûn]. C’était au temps de `Ubayd Allah Ibn Mûsâ. J’ai rédigé Kitâb At-Târîkh [i.e. Le livre d’Histoire] près de la tombe du Prophète les nuits de lune. [...] ».



(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

(suite)



Les Vêtements du Prophète


D'après 'Abdoullâh Ibn Kayçan Mawla Asma Bint Abi Bakr, qu'il a dit : "Elle (Asma) a sorti pour nous une tunique longue -joubbah- à capuche, de modèle persan, dont l'encolure était ornée de brocart et les emmanchures ourlées. Elle a dit : "C'est la tunique longue du Messager de Dieu , elle était chez 'Aicha. lorsqu'elle est morte j'en ai pris possession. Le Prophète la mettait. Nous la lavons pour les malades et nous cherchons par elle la guérison"". (Mouslim)


Sahl rapporte qu'une femme vint auprès du Prophète avec une étoffe (burda) aux bords tissés encore intacts. [Elle demanda à l'assemblée] : Savez-vous ce qu'est une burda ? Ils répondirent : C'est un vêtement ample !

Le Prophète dit : C'est exact.

Elle dit : Je l'ai tissé de mes mains et je voudrai t'en revêtir.

Le Prophète qui en avait besoin, l'a prise ; il revint ensuite vers nous en l'ayant revêtue.

Elle plut à un homme, qui lui dit : Offre-la moi ; qu'elle est belle !

Les gens lui dirent : Tu as mal agit, le Prophète l'a porté car il en avait besoin. Plus tard [dit Sahl] ayant appris qu'il ne la lui avait pas rendue, je l'interrogeais [sur son comportement], il me dit : Je jure par Allâh, je ne la lui ai pas demandé pour la porter mais pour en faire mon linceul.

Sahl ajoute : Et elle fut son linceul. (Al-Bukhârî. Chapitre des funérailles (janâ'iz). Paragraphe de la préparation anticipée du linceul, hadith n°1218)


Le Prophète appelait affectueusement "ma mère" Fâtima bint Asad, la Mère de 'Alî. Lors de son décès, il fit de sa chemise le linceul dont elle fut revêtue et s'allongea dans sa tombe avant de l'enterrer. (Ibn al-Athîr. Asad Al-ghâda 7/213, hadith n°7176)



(suite =>)
Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit