AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Jurisprudence concernant le défunt non-musulman
janazah.over-blog.net





Le musulman ne lave pas le défunt non-musulman, quand bien même il serait un proche parent


Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : " Le musulman ne lavera pas son père mécréant. " [1]

Et l'Imâm Sâlih Ul Abî Al Azharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : " Il est interdit de laver le corps du martyre ainsi que celui du mécréant. " [2]. Il justifia cela en disant : " Ceci est dut au fait que le lavage ne se fait que pour celui sur qui la prière est célébrée. Or, on ne prie pour sur un mécréant, il est donc ainsi inutile de le laver. " [3]


C'est ainsi qu'il en va de même pour toute personne non-musulmane, celle-ci ne sera pas lavée par le musulman.


Notes :

[1] Risâlat Ul Qayrawâniyyah de l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî.

[2] Thamr Ud Dânî de l'Imâm Sâlih Ul Abî Al Azharî.







Le musulman ne prie pas sur le non-musulman


Al Imâm Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Mâlikî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) énuméra quatre points rendant obligatoire le fait de prier sur quelqu'un, et parmi ces points figurent l'Islâm du défunt. Puis il a dit ensuite : " On ne prie pas sur un mécréant. " [1]


Il y a unanimité des savants sur cela.


Ceci est basé sur le verset où Allâh (qu'Il soit exalté) dit : Il n'est pas permis au Prophète ainsi qu'aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des proches parents, alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer. [2]


Or, l'invocation en faveur du défunt étant un des piliers de la salât ul janâzah, cette prière n'est donc pas faisable en faveur d'un non-musulman.


Ce verset fut révélé à propos d'Abû Tâlib, le père de Sayyidunâ 'Alî (qu'Allâh illumine son visage) et un des oncles du Prophète (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui). C'est ainsi que l'Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj An Naysâbûrî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta que Sayyidunâ Al Musayyab Ibn Hazn (qu'Allâh l'agrée) a dit :

" Au moment où Abû Tâlib était à l'article de la mort, le Messager d'Allâh (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) vint le voir et trouva chez lui Abû Jahl et 'Abdu Llâh Ibn 'Abî 'Umayyah Ibn Al Mughîrah. le Messager d'Allâh s'adressa à Abû Tâliben disant : " Ô mon oncle, Atteste qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh. C'est là un mot dont je serai témoin en ta faveur auprès d'Allâh. "

Aussitôt, Abû Jahl et 'Abdu Llâh ibn 'Abî 'Umayyah s'écrièrent: " Ô Abû Tâlib ! Vas-tu renier la foi de 'Abd Ul Muttalib ? "

Le Messager d'Allâh ne cessa de lui proposer de prononcer la profession de foi en répétant les mêmes mots [tandis que les deux autres lui répétaient les mêmes propos]. Mais, les dernières paroles de Abû Tâlib furent qu'il persistait dans la foi de 'Abd Ul Muttalib en refusant d'attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah.

Le Messager d'Allâh dit alors : " Je ne cesserai d'implorer le pardon d'Allâh pour toi tant que cela ne me sera pas interdit. "


Ce fut à cette occasion qu'Allâh (qu'Il soit exalté) révéla ce verset : " Il n'est pas permis au Prophète ainsi qu'aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des proches parents, alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer. " [3].

Puis, Allâh (qu'Il soit exalté) révéla ce verset à propos d'AbûTâlib, en s'adressant au Messager d'Allâh : " Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes, mais c'est plutôt Allâh qui guide qui Il veut. Et Il connaît mieux cependant les bien-guidés
. " [4]. " [5]


Et mentionnons également le hadîth que rapporta l'Imâm Abû Dâwud As Sijistânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans lequel il est dit que Sayyidunâ 'Ali (qu'Allâh illumine son visage) vint vers le Prophète (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) et lui dit : " Ton vieil oncle qui fut égaré est mort. Qui va l'enterrer ? "

Le Prophète (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) répondit alors : " Va enterrer ton père. "

Sayyidunâ 'Alî (qu'Allâh illumine son visage) répondit : " Mais il est mort polythéiste ! "


Le Prophète (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) rétorqua : " Va enterrer ton père, et ne fais rien d'autre avant de revenir vers moi. "


Al Imâm Abû Dâwud (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta ensuite que Sayyidunâ 'Alî (qu'Allâh illumine son visage) a dit : " Je partit donc l'enterrer. Ensuite, je revint vers lui (le Prophète) avec des traces de terre sur moi. Il me dit d'aller me nettoyer et fit des invocations en ma faveur qui sont pour moi plus précieuses que tout ce qui se trouve sur terre. " [6]


Le Prophète (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) ne pria donc pas sur Abû Tâlib, ni Sayyidunâ 'Alî (qu'Allâh illumine son visage) ou un quelconque compagnon (qu'Allâh les agrée tous).



Notes :

[1] Al I'lâm bu Hudûdî Qawâ°id Il Islâm de l'Imâm Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Mâlikî.

[2] Sûrah 9 - Âyah 113.

[3] Sûrah 9 - Âyah 113.

[4] Sûrah 28 - Âyah 56.

[5] Jâmi' Us Sahîh de l'Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj An Naysâbûrî.

[6] As Sunan de l'Imâm Abû Dâwud As Sijistânî.







Le musulman n'enterre pas lui-même le défunt non-musulman, sauf si ce dernier risque de se retrouver sans sépulture


Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : " Le musulman ne lavera pas son père mécréant et ne le mettra pas dans sa tombe, sauf s'il craint son dépérissement, auquel cas il l'enterra. " [1]


Et Al Imâm Sâlih Ul Abî Al Azharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à ce propos : " Il ne le mettra pas dans sa tombe car son devoir de parenté [envers son père] est terminé à la mort de son père. A moins qu'il ne craigne qu'il soit laissé sans sépulture, auquel cas il est un devoir d'enterrer le corps. Précisons qu'il n'y a pas de différence entre un mécréant contre lequel nous serions en guerre ou bien un autre [avec lequel nous n'aurions pas ce type de relation]. Et tout ceci ne s'applique pas seulement au père, l'obligation étant générale et s'appliquant même à un étranger. Et il n'a pas a être placé face à la qiblah car il ne fait pas partie de son peuple. " [2]


C'est-à-dire que le mécréant n'a pas a être placé face à la qiblah lorsqu'il est enterré suite au fait qu'il pourrait ne pas avoir de sépulture si le musulman ne l'enterrait pas, car il n'est pas musulman et n'a pas à être soumis à la législation islamique en matière d'enterrement.



Notes :

[1] Risâlat Ul Qayrawâniyyah de l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî.

[2] Thamr Ud Dânî de l'Imâm Sâlih Ul Abî Al Azharî.









Interdiction de faire des prières pour un défunt non-musulman



Al Imâm Ahmad As Sâwî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : " Il est interdit d'implorer le pardon [d'Allâh] en faveur de ceux qui sont morts dans la mécréance. Si ils sont toujours en vie, il est permis d'implorer la miséricorde [d'Allâh] en leur faveur dans le but qu'ils soient guidés à l'Islâm, mais il est cependant interdit de demander que leurs péchés soient pardonnées tant qu'ils perdurent dans la mécréance. " [1]


Ceci est basé sur le verset qui dit : Il n'est pas permis au Prophète ainsi qu'aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des proches parents, alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer. [2]


Et Al Imâm Muhammad Ibn Juzayy Al Kalbî Al Gharanâtî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur ce verset : " Ceci fut révélé à propos d'Abû Tâlib, l'oncle du Prophète. Lorsqu'il refusa d'attester qu'il n'y a de divinité qu'Allâh au moment de sa mort, le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) lui dit : " Je ne cesserai d'implorer le pardon pour toi tant que cela ne me sera pas interdit. " Et il implora le pardon pour lui jusqu'à ce que ce verset lui fut révélé. Il a été dit aussi que les musulmans voulaient implorer le pardon en faveur de leurs pères idolâtres, ce verset fut alors révélé. " [3]



Notes :

[1] Hâshiyat 'Alâ At Tafsîr Il Jalâlayn de l'Imâm Ahmad As Sâwî.

[2] Sûrah 9 - Âyah 113.

[3] Tas-hîl li 'Ulûm Il Qur°ân de l'Imâm Muhammad Ibn Juzayy Al Kalbî Al Gharanâtî.
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Religions