AccueilRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 





Une vie sans foi ?
Cheikh Zakaria Seddiki



La vie est une chance que Dieu a voulu donner à chacun de nous. On pouvait ne pas exister et être, mais Dieu, Seul, a décidé de nous permettre d'exister. Il a voulu que chacun de nous soit muni d'un outil, d'un instrument pour connaître le Créateur et Le reconnaître comme étant le Seul Décideur de cette existence. Cet instrument, c'est la raison. D'ailleurs, dans le verset 46 de la Sourate 35- « Saba' », Dieu nous dit :
Dis : « Je ne vous demande qu'une seule chose que pour Dieu vous vous mettiez debout, par deux ou isolément, et qu'ensuite vous réfléchissiez.
Il ne faut pas comprendre ce verset à la lettre, car tout le monde est capable de se mettre debout (au sens propre) pour Dieu. Il faut interpréter l'image qui ressort de cet état, qui est de faire une action (se mettre debout) ayant pour objectif la rencontre de Dieu. Et, par Sa miséricorde, Dieu aide l'Homme à Le rencontrer et à Le trouver, en lui fournissant le moyen, la méthode pour y arriver. « Par deux oui solément » : Dieu invite Son Prophète (béni soit-il) à ce conseil car lorsque l'Homme ouvrira la fenêtre qui le mène vers Dieu, il trouvera Dieu, s'il a les deux conditions suivantes :
la sincérité (et donc l'objectivité),
la bonne méthode,
Donc, chaque fois qu'un Homme ne rencontre pas Dieu, cela peut être dû à deux raisons :
il ne veut pas chercher Dieu : il ne se pose pas la question del 'existence de Dieu ; cela n'est pas important pour lui que Dieu Est, et donc, Dieu le laisse dans ce choix ;
il manque de méthode dans sa recherche : il n'a pas suivi la bonne voie pour y arriver.
Donc ce conseil, « Par deux », signifie que chacun doit chercher un conseiller honnête, sincère, qui a une sagesse. Il ne faut pas dépasser deux, car le terme employé est « deux », pas 'en groupe ', ou 'collectivement ', comme certains savants le traduisent. Il y a une précision voulue par le Coran qui est que, quand on est à deux, on échange sainement. Mais, quand on est plus que deux, d'autres facteurs entrent en jeu, comme (bien souvent) l'orgueil. On voudra embellir notre image en la présence d'une autre personne qui va porter un jugement sur nous. La discussion peut être parasitée.
Certains commentateurs du Coran disent que le Coran invite à ces deux méthodes en même temps. C'est-à-dire qu'il faut aller chercher Dieu en discutant avec un(e) autre, qui est bien choisi (pour sa sagesse, son honnêteté, ...), mais aussi réfléchir, et aller chercher Dieu tout seul ; trouver des moments de retraite, de solitude, pour qu'il n'y ait ni influence, ni pression. Il n'y a pas plus fort conseil pour la personne que lorsqu'elle analyse par soi-même ce qui se passe autour d'elle. Et ce qui est important dans ce conseil est que le Coran veut que l'Homme soit libre dans sa pensée de ses passions, de son entourage. C'est pour cela qu'il veut écarter les éléments qui peuvent nuire à cette indépendance de la pensée. Ainsi, lorsque le Coran nous parle de Moïse (béni soit-il), il nous montre que le message de celui-ci était surtout adressé aux responsables politiques de son époque, afin qu'ils laissent les gens réfléchir par eux-mêmes, qu'ils ne leur disent pas ce qu'ils doiventf aire. Et le terme utilisé dans le Coran est « al mala' »,qui signifie 'ceux qui ont le pouvoir ', c'est-à-dire ceux qui veulent conserver leur pouvoir, même au détriment de l'indépendance des individus. Et donc, ce « mala' » est toujours montré comme un manipulateur de la masse.
Si vous avez réalisé cette indépendance dans la quête, la recherche de Dieu, passez alors à la seconde phase qui est : « et qu'ensuite vous réfléchissiez » : réfléchissez, pensez, utilisez ce don que Dieu vous a offert, qui est la raison.
Ne croyez pas sans réfléchir ! C'est pour cela que dans certainsversets, c'est le mot « saches » qui est utilisé, et non« crois ». Quand c'est la croyance qui est concernée, Dieu dit : « Saches qu'il n'y a de Dieu que l'Unique », et non « crois qu'il n'y a pas d'autre Dieu que l'Unique ». Cela montre que tu dois le savoir, que cela doit être le fruit, le résultat de ta pensée. Les théologiens disent que l'on ne peut pas imiter autrui en matière de croyance en Dieu : ce n'est pas parce que tes parents sont croyants que tu es croyant ; ce n'est pas parce qu'ils sont musulmans que tu es musulman ! Pour Dieu, ce qui compte, c'est ta conviction intime ! C'est ce choix que tu dois faire toi-même, en réfléchissant.
La suite du verset est celle-ci :
Votre compagnon (Muhammad) n'est nullement possédé : il n'est pour vous qu'unavertisseur annonçant un dur châtiment
Ainsi, ce verset oriente la raison vers l'étude et lacritique du porteur du Message, qui est Mohammed (béni soit-il). Le verset nousdemande de réfléchir, de nous demander si le Prophète est un fou, un possédé,comme le disaient les gens de son époque. La réalité et le vécu de Mohammed(béni soit-il) étaient celui de quelqu'un qui se met contre sa société. Ilpouvait être un notable, le roi de sa communauté. On a négocié des sommesimportantes avec lui pour qu'il taise son message. Mais il a tout refusé.D'ailleurs, même ses ennemis reconnaissaient son honnêteté, sa véracité, sesqualités…On n'a jamais pu prouver sur lui qu'il ait menti, même avant saprophétie. Pendant les 40 ans qu'il a vécu avant qu'il ne reçoive laRévélation, on le nommait « le Véridique », « le Fidèle ».Ses ennemis le combattaient, mais ils mettaient leurs biens chez lui. Il savaitqu'il n'allait pas les voler malgré le fait qu'ils soient en guerre contre lui.On peut croire ou ne pas croire à cela, mais le Coran nous demande de chercher,étudier, analyser, critiquer cet homme (béni soit-il). Et, c'est le résultatque vous allez trouver qui va ouvrir les portes vers Dieu. Donc, le Coranenseigne que pour ouvrir la porte vers Dieu, il faut commencer par laréflexion, la pensée à travers un modèle humain, qui est Mohammed (bénisoit-il). Dieu nous dit d'aller Le chercher objectivement en étudiant le modèlehumain qu'Il a créé. Et, ce modèle humain confirme Son existence et Sonunicité. C'est le message de ce verset.
Bien sûr, le musulman ('converti') croyant va vraimentsentir la différence entre la période avant qu'il soit musulman, et celle aprèsqu'il ait embrassé l'Islam. Mais, celui qui est né de parents musulmans, de« culture » musulmane, ne va pas voir cette différence entre« avant » et « après ». Il y a un changement intérieur quis'effectue, et c'est ce changement intérieur que les premiers musulmans, àl'époque du Prophète (béni soit-il), ont vécu en eux. C'est le miracle duCoran. Le Coran n'est pas un miracle matériel. Sa grande influence, c'était surles hommes. Il les a changé. Par exemple, Omar ibn al Khattab enterrait sa fillevivante car c'était une honte à cette époque. Quel cœur avait cet homme ?Il fabriquait des idoles avec des dattes. Et lorsqu'il avait faim, il mangeaitces statues qu'il prenait pour divinités ! Où était donc sa raison ?Ce même homme est devenu un des plus grands califes de l'Islam…Qui a fait cechangement en lui ? C'est le Coran. D'ailleurs, sa conversion à l'Islamfut en entendant quelques versets du Coran qu'il avait entendu par la bouche desa sœur. C'est cette transformation que le Coran a produit à l'intérieur desHommes. Dieu commence cette transformation en donnant un nouveau sens à lavie : il y a l'existence matérielle et l'existence spirituelle.
C'est pourcela qu'Il dit : « Celui qui était mort, Dieu lui a redonnévie ». Ce n'est pas une mort matérielle qui est en question ici, maisla mort du cœur. La raison du cœur n'était pas utilisé, exploitée comme il sele doit. Le cœur était enveloppé, voilé ; il n'était pas pur. Sincèrement,on voit des cas comme cela : lorsque tu vois un enfant qui jette sesparents, tu te demandes ce qu'il a dans le cœur ! Ses parents sont unecharge pour lui ! Cela montre bien qu'ils ont un problème dans leurscœurs : comment ne pas être reconnaissant envers ceux qui t'ont mi aumonde ? Lorsque tu vois des familles déchirées pour un héritage, c'estqu'il y a également un problème dans les cœurs. Ce sont soit des cœurs« morts », soit gravement malades. Dieu nomme le Coran « Chifaa »,c'est-à-dire « guérison » : c'est un remède pour les cœursmalades, ou encore « Ruh », qui signifie « âme ».Donc, le Coran est l'âme de ces cœurs morts. Il produit en nous un certainapaisement, une autre vision. Les rapports que l'on a dans notre vie setransforment. La vie ne s'arrête plus avec ce monde. Elle va continuer. Il va yavoir une espérance en l'au-delà…Tout cela va former cet homme pour qu'ilprogresse dans l'exemplarité, pour qu'il se rapproche du modèle Mohammed (bénisoit-il). Les mystiques disent que le Prophète (béni soit-il) est« l'homme parfait ». Ils ne parlent pas de Mohammed en tant quepersonne, mais en tant que qualités. Et Dieu l'a envoyé pour qu'il nous servede guide. Ce n'est pas un Ange. C'est un être humain qui mange, qui dort, toutcomme nous. Cependant, il enseigne l'exemplarité dans sa conduite.
Dieu, dans la sourate 2 « Al Baqara » parledes hypocrites (envers Dieu) : ils sont malades du cœur. Chaque foisqu'ils adoptent une position hypocrite, ils sombrent dans cette maladie. Pourguérir de la maladie du cœur, il faut se détacher de l'hypocrisie. Cettemaladie peut emmener l'homme à la morgue spirituelle. Le Coran ne remet pas enquestion leur positionnement. Au contraire, il montre que leur positionnementest réfléchi : c'est comme quelqu'un qui prend de la drogue en pensant quec'est un mal. C'est son choix. Si tu veux redonner vie à ton cœur, alorséloigne-toi de ce positionnement hypocrite. Le fruit de cet enseignement, c'estla clarté et la transparence dans le choix. Car l'hypocrite, c'est celui quiest avec celui qui a le dessus, le pouvoir. Donc, si untel a le pourvoir,l'hypocrite sera avec lui. Mais, si c'est l'adversaire qui prend le dessus, ilira avec lui. Ce n'est pas une position d'un être indépendant. On revient doncà cette indépendance de l'homme, qui est lié à sa vie de l'âme, que Dieu veut.S'il perd de son indépendance, il perd de sa vie du cœur. Il perd cette âme quiest en lui, et qui fait qu'il est un Homme au sens coranique. En effet, si tun'as pas cette vie de l'âme, le Coran voit en toi un simple être vivant, et nonun être humain.
Comment dois-je faire pour entretenir cette vie de l'âme ?
Celui qui va la perdre va perdre son estime, et va se sentirsans raison d'être. Et, souvent, le résultat, c'est le suicide. A ce sujet, lesstatistiques montrent que le nombre de suicide est beaucoup moins importantchez ceux qui croient que chez les non-croyants. Cette question d'espérance, devie de l'âme donne sens à ton existence. Lorsque l'on parle avec certainespersonnes, on sent en eux une peur de la mort (de la mort matérielle). Pourcelui qui voit que cette vie matérielle n'est qu'une phase nécessaire,indispensable, pour rencontrer son Seigneur, son Créateur, la mort devient unpassage.
Ce n'est plus ce mystère, ce monstre qui nous fait peur. Par exemple,en venant de Paris, j'ai dû prendre un train pour arriver à cet endroit. Pouraller à Nantes, je dois prendre le train. De même, pour aller rencontrer Dieu,et voir Dieu au Paradis, la mort est nécessaire. Seulement, tu n'as pas àprovoquer la mort. Car, de même que tu n'as pas provoqué le départ de ta vie(ta naissance), tu n'as pas le droit de provoquer la fin de ta vie. C'est Celuiqui a décidé du moment de ta venue qui décidera du moment de ton départ. C'estpour cela que le suicide est interdit, car c'est à Dieu qu'appartient le droitde donner et de reprendre la vie. Alors, le croyant qui a compris cela n'auraplus peur de la mort, mais n'y verra plus qu'une simple étape. Et lorsque l'onétudie la vie des Prophètes, comme Abraham (béni soit-il) par exemple, on voitque cette croyance leur a permis de se confronter aux tyrans de leur époque,parce qu'ils n'avaient pas peur de la mort. Ils savaient, et croyaient que lamort n'est qu'une créature de Dieu et que Lui Seul décide de sa venue. Ainsi,ils faisaient face à ces tyrans alors qu'ils n'avaient d'autres moyens queleurs paroles pour les combattre. Ils n'avaient que la parole juste, et labonne pensée pour les affronter !
A ce sujet, le Prophète (béni soit-il) disait que lamajorité des premiers musulmans étaient les personnes ordinaires, les femmes,les pauvres, les esclaves etc…, à qui on ne donnait pas d'importance dans leursociété. Cependant, ce qu'ils avaient en plus, c'était la foi. Lorsqu'ilssubissaient la torture, c'était leur foi qui leur permettait de la supporter.Etudiez la vie des Prophètes et de leurs disciples, vous allez voir qu'ilsavaient quelque chose qui leur permettait de supporter ces supplices atrocesqu'ils ont subis. Ils ont été incités à déformer le Message de Dieu, à êtrecorrompus, mais c'est la foi, cette vie du cœur qui les a préservés. Parexemple, pour Joseph (béni soit-il), il y avait toutes les conditions pourqu'il cède à la tentation face à la femme de son maître qui l'appela verselle : il était jeune, beau, coupé de sa famille, à l'abri desregards…mais il a résisté face à ce pêché grâce à la vie de son cœur. Celui quicroit et sait qu'il sera récompensé pour sa patience, ses bons actes, varésister, même si, il faut le reconnaître, cela est très difficile.
Cette foiqui est en lui va lui donner la force de résister. Car c'est naturel quel'homme soit attiré par la femme et vice-versa, mais Dieu a voulu que cela soitréfléchi, que cela ne soit pas une relation non réfléchie. Pour cela, il fautun contrôle, qui est la foi, fondée sur la raison. Une foi par« imitation », une foi « culturelle » ne peut pas teprocurer cette résistance, cette force. Ce qui peut te donner cette force,c'est une foi rationnelle, fondée sur la raison. Et à ce propos, on voit des gensoriginaires de pays musulmans qui connaissaient des sourates du Coran, priaient, jeûnaient…, et qui, en arrivant en Europe deviennent quelqu'und'autre, délaissent leur islam (leur soumission à Dieu), parce que le contexteet les circonstances sont autres. Leur islam n'était pas un islam fondé sur laraison. Donc, dès qu'ils ont quitté les circonstances de « l'autrerive », ils ont aussi quitté l'Islam. Imaginez les compagnons du Prophète(béni soit-il) : si l'Islam était lié à La Mecque, à ce groupe dans lequelils étaient, ils auraient abandonné leur pratique en voyageant, en quittant cegroupe d'amis auquel ils appartenaient.
Or, ils n'ont délaissé leur islam dansaucune circonstance...
Cela montre que le choix de ces individus n'était pasréfléchi. La vie du cœur qui est la plus noble des vies est une vie par la foi,fondée sur la raison. Et lorsque l'individu fait ce choix, et chemine danscette voie, il commence à réellement goûter aux délices de cette foi. Anas ibnMâlik est l'enfant qui a le plus côtoyé le Prophète (béni soit-il). C'est pourcela qu'il est l'un des plus grands transmetteurs de la vie du Prophète (bénisoit-il). Il a notamment rapporté que le Prophète (béni soit-il) a dit :« Trois choses, celui qui les a goûtera aux délices de la foi : ilaime Dieu et Son messager plus que toute chose dans cette vie ; il aimeautrui ; il déteste revenir en arrière après avoir connu Dieu, Son messager, la voie vers sa satisfaction ». Développons ces trois choses.
« Il aime Dieu et Son messager plus que toute chosedans cette vie » :
Celui qui a rencontré Dieu à travers Son messager (bénisoit-il), par son choix réfléchi, ne peut aimer autrui plus que Dieu et Sonmessager. C'est un résultat logique, car si tu as su et cru que Dieu Est, etque Mohammed est Son envoyé (béni soit-il), et que c'est par son enseignementque tu obtiendras le salut, il est tout à fait logique que je vais aimerMohammed (béni soit-il), plus que toute chose, car c'est lui qui m'a montrécomment satisfaire Dieu, mon Créateur, le Seigneur que je veux rencontrerréellement (au Paradis). Dans ce monde, c'est une rencontre par le cœur, maison cherche, par la bonne conduite, d'après le modèle du Prophète Mohammed (bénisoit-il), à réellement voir Dieu au Paradis. C'est pour cela que le Prophète adit que « le jour où les croyants seront au Paradis, Dieu leurdemandera : « Etes-vous satisfaits ? Vous manque-t-il autrechose ? », en sachant que le dernier de ceux qui entreront au Paradisrecevra une récompense supérieure à 10 fois ce que ce monde contient. Imaginezdonc ce que le premier va avoir…C'est inimaginable, car la richesse deDieu est sans limite. Ensuite, Dieu leur demande ce qu'ils veulent. Maisces derniers ne voient plus comment Dieu pourrait leur donner plus, tellementIl les a comblé. Alors Dieu écarte le voile qui les empêchait de Le voir. Etlà, les croyants voient Dieu, et oublient le Paradis !
C'est pour cela que les commentateurs du Coran disent :« Ceux qui ont fait les bonnes œuvres, qui ont avancé entre les mains deDieu, auront une bonne récompense, mais aussi une 'augmentation ' »,c'est-à-dire, qu'ils verront Dieu. C'est pour cela qu'un théologien disait ques'il savait qu'on n'allait pas voir Dieu, il n'aurait pas eu cette motivationde l'adorer !
Donc, l'amour de Dieu et de Son messager, qui est au-dessusde tout amour, n'est qu'une suite logique.
«Il aime autrui » : Le Prophète (béni soit-il) ne dit pas « il aime lemusulman », il dit « il aime la personne », c'est un amour purpour l'Homme. Cela se traduit dans la réalité, lorsque l'on voit Joseph (bénisoit-il), qui a été emprisonné pendant des années. Ils lui ont fait tous lestorts, lui ont sali sa réputation…Et, quand ils l'ont sollicité dans une criseéconomique, il pouvait refuser de les aider. Mais cela n'était pas sa façon devoir, ni d'être. Il était au service des autres. Il a voulu les aider. Doncc'est un amour pur pour l'autre. Cela se traduit également dans une autreparole du Prophète (béni soit-il) qui disait que nul n'atteindra le sommet de lafoi s'il n'aime pas pour autrui ce qu'il aimerait pour soi.« Autrui », c'est tout être humain. Ce n'est pas le musulman, cen'est pas le proche, ni celui qui va te rendre un service. Cet amour d'autruidoit être pur, car le bien est une valeur en soi, et non une valeur relative.Je fais le bien, parce que c'est un bien, et non parce qu'il va m'apporterquelque chose. Je fais le bien parce que Dieu aime le bien. Et donc, dans lamême perspective, je suis en train de me rapprocher de Lui. Je suis en traind'augmenter l'oxygène de cette vie de l'âme.
« Il déteste revenir en arrière après avoir connuDieu, Son messager, la voie vers sa satisfaction » : Comment revenir en arrière, méconnaître Dieu, après tout lebien qu'Il t'a apporté dans ta vie ? Moi je viens d'une cité, où à 14 ans,je voyais les jeunes se droguer. Et, sincèrement, c'est parce que j'ai connu lavoie de Dieu, la mosquée que j'ai été protégé. J'ai connu beaucoup d'amis quiont versé vers la délinquance. C'est une façon de préserver la vie matériellelorsque tu rencontres Dieu par le cœur. Donc, ne pensez pas que vous allez êtreempêchés de bien vivre, au sens matériel, lorsque vous allez rencontrer Dieu.Au contraire, cela va vous orienter, rationaliser votre rapport aux choses,vous donner une force de maîtrise des envies, des passions, vous éduquer aupartage etc…Beaucoup de qualités sont dues à cette vie de l'âme.
« On lui a donné une Lumière par laquelle il traceson chemin ».
La foi est cette lumière. Et le code qui cadre cette lumière pour qu'elle ne se disperse pas, c'est le Coran. Et, le Coran est traduit dans un être humain, qui est le Prophète Mohammed (béni soit-il). Sa
femme Aicha disait que le Messager de Dieu (béni soit-il) était un Coran qui marchait sur la Terre…
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit