AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


anipassion.com
Partagez | 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



LLes Attributs d'Allah et leur interprétation
Par l'Imâm Taqiyyeddine as-Subki

islam-sunnite.com





Postulat: “Vous [les Ash’arites et les Maturidites] êtes contradictoires. Vous affirmez au sujet d’Allah la Vie, la Puissance, la Vonlonté la Science, la Parole, l’Ouïe et la Vue, mais vous faites le ta’wil (interprétation figurative) de istawa (établissement), nuzul (la descente), maji’, ityan, wajh (face), yad (main), saq, qadam (pied), janb (coté), ‘ayn (œil) et le déplacement de niveau. La règle de base vis-à-vis des Attributs est unique, donc si vous reconnaissez les sept Attributs, qu’est ce qui vous empêches de reconnaître les autres? Quelle est la différence? Ce n’est rien de moins que de la contradiction.


Réponse: La réponse à cela se compose de deux points:
Point un:
Nous disons que istawa, nuzul, maji’, ityan, wajh, yad, saq, qadam, janb, ‘ayn et le déplacement de niveaux ne sont pas des Attributs. Prétendre qu’ils en font partie est de la tromperie 2 et cela est prouv�par trois choses.

1. Tout être doué d’intelligence sait que ces choses qui ont été mentionnées, comme istawa avec le sens d’établissement, nuzul, maji, et wajh et d’autres comme celles-ci sont plus proches des attributs des corps (ajsam) que [les attributs de] Science, Puissance, ou Connaissance.
2. Ces choses que nous avons citées sont considérées comme des parties par les linguistes, et non des qualificatifs. Ainsi elles indiquent explicitement une composition (tarkib), et la composition est propre aux corps. Donc mentionner le terme awsaf (adjectifs/qualificatifs/attributs) est une tromperie. L’ensemble des linguistes ne comprennent les mots wajh, ‘ayn, janb, et qadam qu’en relation avec ce qui est composé de parties (aiza). Ils ne comprennent istawa dans le sens d’établissement que comme une façon de placer une chose solide à un endroit. Ils ne comprennent maji’, ityan et nuzul que comme un mouvement propre aux corps. Quant à la Volonté, à la Puissance, à la Vie etc., ils sont des attributs de l’essence (sifat al-dhat).
3. Si ces choses mentionnées ci dessus étaient présentées à une personne normale, qu’elle soit une femme, un enfant, un non-arabe ou un arabe laïque du commun des gens, et aux gens en général, comprendraient-ils de istiwa, nuzul, maji’, ityan, wajh, yad, saq, qadam, janb, `ayn et du déplacement de niveau et d’autres termes que j’ai mentionnés le sens propre aux corps (jism)? Est-ce qu’ils se représenteraient la chose ainsi oui ou non? S'ils répondent qu'il ne comprennent de tout cela que la signification liée au corps, alors c’est pour toi un péché suffisant envers Allah; les égarer [les gens du commun] et les amener à croire au tajsim que tu prétends toi-même avec ta langue, ne pas dire. Ainsi ce que tu réalises, c’est d’égarer la majorité du monde. Quant à toi-même si tu mentais dans ta critique alors tu as allié le mensonge à la détérioration de notre croyance. Si tu étais véridique dans ta parole, alors tu t’es trompé et tu as imaginé une distinction de toi même.
Point deux:
En admettant que les choses mentionnées, comme istiwa, nuzul, maji’, ityan, wajh, yad, saq, qadam, janb et `ayn soient des attributs comme Volonté, Puissance et Science, alors nous disons:

1. La Volonté, la Puissance et la Science nous concernant renvoient à deux choses. L’une est un accident établit dans un corps (‘adad qa’im bil jism), et Allah est bien au dessus de cela. La seconde est la relation qui lie avec ce qui est voulu (murad), ce qui est en la puissance de quelqu’un (maqdur), et ce qui est connu (ma’lum). Et le Seigneur est décrit par ces choses et elles ne sont pas restreintes aux corps, et c’est pourquoi nous les affirmons vis-à-vis d’Allah.
2. De même vis-à-vis de istiwa, nuzul, maji’, ityan, wajh, yad, saq, qadam, janb et `ayn. Avec ces derniers il y a deux possibilités. L’une est qu’ils sont des parties, ce qui dénote clairement la composition, et Allah est clairement bien au dessus de cela. La seconde est le sens qui est lié à ces choses. Elles sont expliquées conformément au contexte dans lequel elles apparaissent dans les ayat et les ahadith comme cela est bien connu. Nous affirmons cela pour Allah, ainsi, par exemple, istawa est expliqué comme la gestion des affaires, yad est expliqué comme le pouvoir, ou la récompense, ou encore la générosité selon le contexte, et nous affirmons cela pour Allah, et de même pour le reste (des mots) mentionnés.
Et Allah est la source du succès.



1 La réponse est une compilation de citations de «al sayf assaqil» de l’imam Taqiyyudin al-Subki qui ont été fournies par sidi Samih Yusuf en guise de réponse à la question présentée. Sidi Samih a ajouté: «tout ce que j’ai fait ici c’est de diviser la réponse en parties pourfaciliter sa compréhension et j’ai légèrement clarifié certains points.» [http://www.aslein.net/showthread.php?p=20558]


2 Shaykh Gibril Fouad Haddad commente: «Il veut dire qu’ils ne sont pas des attributs dans le même sens que les attributs fondamentaux. Donc nous utilisons des termes précis comme sifat idafiyya, ou khabariyya pour les distinguer, ou bien nous disons qu’ils ne sont pas du tout des attributs, voulant dire par là dans le même sens que les attributs du dhat. Wa Allahu a’lam.»
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit